Le 5 octobre, Journée mondiale des enseignants

En 5 secondes

La Journée mondiale des enseignants est l’occasion de rappeler que le rôle des éducateurs est unique et indispensable.

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) de l'Université de Montréal salue, en cette 21e Journée mondiale des enseignants, l'engagement de tous ceux qui pratiquent cette profession unique, du préscolaire à l'université.

Cette journée, qui est célébrée tous les ans le 5 octobre dans plus de 120 pays, a pour thème cette année «Un personnel enseignant fort pour des sociétés durables».

Le directeur du CRIFPE, Thierry Karsenti, professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'UdeM, rappelle que c'est en 1994 que l'Unesco a fait du 5 octobre la Journée mondiale des enseignants pour commémorer la signature, en 1966, avec l'Organisation internationale du travail, de la Recommandation concernant la condition du personnel enseignant.

«En effet, avec l'adoption de cette recommandation, plusieurs gouvernements ont finalement reconnu la nécessité pour tous les pays d'avoir des enseignants compétents, qualifiés et motivés par leur travail. Mais la question de la reconnaissance, du statut social, voire du prestige des enseignants n'est pas pour autant réglée, 49 ans après cet avis officiel», mentionne M. Karsenti en ajoutant que ce sont les systèmes éducatifs où l'enseignant jouit d'un statut social privilégié qui réussissent le mieux. «L'OCDE cite souvent la Finlande comme exemple de réussite éducative. On parle de méthodes pédagogiques, de programmes, de curriculums. Il ne faut pas non plus oublier que le succès des Finlandais en matière d'éducation s'est avant tout construit autour du prestige qu'on accorde à la profession enseignante.»

Par ailleurs, l'Institut de statistique de l'Unesco estime que, pour atteindre l'objectif de l'enseignement primaire universel d'ici 2020, les pays devront recruter au total 12,6 millions d'enseignants au primaire.