Survivre... à un cours sur la théorie de l'évolution

  • Forum
  • Le 9 octobre 2015

  • Dominique Nancy
Mathieu-Robert Sauvé, Survivre! La science de l'évolution en un clin d'œil, Montréal, Éditions MultiMondes, 2015, 127 pages, 19,95 $.

Mathieu-Robert Sauvé, Survivre! La science de l'évolution en un clin d'œil, Montréal, Éditions MultiMondes, 2015, 127 pages, 19,95 $.

En 5 secondes

Mathieu-Robert Sauvé présente dans son récent ouvrage les grands principes de la science de l’évolution, depuis l’apparition des premières cellules jusqu’à l’âge des téléphones intelligents.

«Félicitations à vous. Oui, vous qui tenez ce livre entre vos mains! À titre d'être vivant, vous êtes un privilégié de l'évolution. Un gagnant!» C'est ainsi que s'ouvre le plus récent livre de Mathieu-Robert Sauvé, Survivre! La science de l'évolution en un clin d'œil, publié chez MultiMondes.

L'ouvrage présente les grands principes de la science de l'évolution, «depuis l'apparition des premières cellules jusqu'à l'âge des téléphones intelligents», résume l'auteur. Le résultat est à la fois instructif et divertissant parce qu'il expose les divers concepts scientifiques en jeu en prenant soin de les illustrer de multiples exemples. Le communicateur scientifique, qui travaille pour le journal Forum depuis 1988, réussit ainsi le tour de force de raconter en 127 pages 3,9 milliards d'années d'histoire environnementale, incluant la dérive des continents, l'apparition des premières formes de vie, puis l'apparition des animaux. Sans oublier, bien sûr, les contributions de Charles Darwin et de Gregor Mendel.

«Pourquoi ce livre? Pour présenter au plus large public possible l'une des plus belles théories de l'histoire des sciences, dit l'ancien président de l'Association des communicateurs scientifiques du Québec. Je crois que la connaissance des clés de l'évolution devrait faire partie du bagage de tout individu comme on attend de lui qu'il connaisse sa langue, les dates historiques importantes, la géographie et les principales notions mathématiques. La théorie de l'évolution devrait être partie intégrante de la culture générale. Il faut connaître Darwin comme on connaît Einstein, Picasso ou Dostoïevski.»

Un hommage à l'enseignement

L'auteur d'une dizaine d'essais et de biographies, gagnant de nombreux prix de vulgarisation scientifique, dont le Grand Prix du journalisme indépendant 2015 dans la catégorie Portrait-entrevue, a eu l'idée d'écrire ce précis de la science de l'évolution dès l'instant où il a assisté au cours Évolution (BIO 1284) du Département de sciences biologiques de l'Université de Montréal. «J'ai eu envie de rédiger un livre basé sur la matière présentée. Durant les semaines suivantes, cette idée s'est raffermie, d'autant plus que les professeurs, Jacques Brisson, François-Joseph Lapointe et Bernard Angers, se sont montrés ouverts à mon projet.»

Mathieu-Robert Sauvé

Crédit : Amélie Philibert

Au fond, son intention était assez proche de celle des professeurs qui ont créé le cours à partir d'un constat simple : les étudiants d'université, même à leur entrée au baccalauréat en biologie, n'ont qu'une idée morcelée et partielle de l'évolution. «Si le département a mis sur pied un cours d'introduction de 15 heures comptant pour un crédit, dès 2004, c'est qu'on jugeait utile une mise à niveau», indique Mathieu-Robert Sauvé.

Manifestement, le cours avait un potentiel très riche. M. Sauvé s'est approprié la matière pour la travailler en fonction de son expérience de communicateur scientifique. «J'ai laissé de côté certains aspects théoriques pour me concentrer sur l'essentiel. Ceux qui demeurent sur leur faim pourront en apprendre davantage en consultant des livres plus spécialisés», mentionne humblement le journaliste. Il rend d'ailleurs hommage aux professeurs Brisson, Lapointe et Angers, qui sont tous trois des pédagogues exceptionnels et des lauréats de prix pour la qualité de leur enseignement. «J'ai tenté, du mieux que j'ai pu, de rendre palpable leur présence dans les pages de mon livre. Je dirais que ce livre est un hommage à l'enseignement.»

À son avis, il est relativement facile de faire rayonner les exploits des professeurs en matière de recherche : celui-ci vient de publier ses résultats; celui-là lève le voile sur un mystère scientifique. «Il est plus difficile de mettre en valeur la pédagogie, qui constitue pourtant le sang et l'eau de la vie universitaire. Chaque jour, des milliers de professeurs et de chargés de cours se consacrent à la formation de la relève scientifique sur le campus», souligne Mathieu-Robert Sauvé.

Bref, éclairant et très bien vulgarisé, son ouvrage, aussi essentiel qu'un dictionnaire, permet de survivre aux complexités de la théorie de l'évolution.