Le Grand Labo du CRCHUM récolte 407 000 $ pour la recherche

Dr Vincent Poitout, directeur du CRCHUM, Dr Robert J. Lefkowitz, lauréat du prix Nobel de chimie 2012, Me Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec et président d'honneur du Grand Labo du CRCHUM 2015 et Michel Bouvier, directeur de l'IRIC.

Dr Vincent Poitout, directeur du CRCHUM, Dr Robert J. Lefkowitz, lauréat du prix Nobel de chimie 2012, Me Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec et président d'honneur du Grand Labo du CRCHUM 2015 et Michel Bouvier, directeur de l'IRIC.

Crédit : CRCHUM.

En 5 secondes

Le gala annuel du Centre de recherche du CRCHUM a permis de récolter une somme de 407 000 dollars au profit de la recherche et de l'innovation en santé.

Le gala annuel du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) a permis de récolter une somme de 407 000 dollars au profit de la recherche et de l'innovation en santé. Sous le thème «L'Art de la recherche», cette sixième édition du Grand Labo du CRCHUM a connu un franc succès.

Quelque 340 personnes ont pris part à cet événement caritatif prestigieux qui s'est tenu le 15 octobre à l'Arsenal de Montréal. Me Lucien Bouchard, associé chez Davies Ward Phillips & Vineberg et ancien premier ministre du Québec, a présidé la soirée, animée avec brio par Stéphan Bureau.

Intitulé «L'Art de la recherche», l'événement a mis en lumière l'inventivité et la créativité scientifique des quelque 439 chercheurs du CRCHUM, tout en impliquant le milieu des affaires québécois pour le financement de la recherche.

Le Dr Robert J. Lefkowitz, lauréat du prix Nobel de chimie en 2012, était l'invité de marque du Grand Labo 2015. Fruit de 40 ans de recherche, sa découverte d'une nouvelle famille de récepteurs présents sur toutes les cellules de mammifères, les récepteurs couplés aux protéines G, est à la base d'au moins 40% des médicaments disponibles aujourd'hui.

«Il est essentiel de financer les projets de recherche fondamentale pour prendre des risques et aboutir à des découvertes comme celle du Dr Lefkowitz», a déclaré le Dr Vincent Poitout, directeur du CRCHUM. «Nous ne pouvons plus compter entièrement sur les gouvernements pour financer nos recherches, nous devons être créatifs. Nous sommes un centre de recherche d'un hôpital, c'est pour les patients que nous faisons de la recherche et nous comptons sur toute la communauté francophone pour nous soutenir», a-t-il ajouté.

L'ancien premier ministre Lucien Bouchard a été traité au CHUM lorsqu'il a été foudroyé par la myosite nécrosante en 1994. «Les antibiotiques tentés contre la bactérie mangeuse de chair ne fonctionnaient pas. Des médecins audacieux et créatifs ont essayé à la dernière minute un nouveau cocktail qui a freiné la maladie. Alors moi, la recherche, chapeau!» a-t-il lancé.

Autre moment fort de la soirée, le danseur et chorégraphe Dave St-Pierre a dansé pour une rare fois depuis la double greffe de poumons qui lui a sauvé la vie il y a six ans. Le Dr Charles D. Poirier a opéré le jeune homme atteint de fibrose kystique en juin 2009 : «L'expertise que nous avons développée au CHUM en transplantation d'organes permet à des personnes comme Dave de vivre plus longtemps et d'avoir une meilleure qualité de vie», a-t-il dit.

D'autres personnalités publiques, dont Me Daniel Johnson, président du cabinet de campagne de la Fondation du CHUM et ancien premier ministre du Québec, ont pris part au Grand Labo, aux côtés de membres de l'élite scientifique du Québec, dont Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal et le Dr Fabrice Brunet, président-directeur général du CHUM et du CHU Sainte-Justine.

Depuis 2010, le Grand Labo du CRCHUM a permis de récolter plus de 3,4 millions de dollars pour soutenir les activités de recherche de calibre international menées par le plus important centre de recherche hospitalier universitaire francophone au Québec.