L’Université de Montréal décerne un doctorat honoris causa à Philippe Descola

M. Guy Breton, recteur de l’UdeM, M. Philippe Descola, Mme Tania Saba, vice-doyenne de la Faculté des arts et des sciences, et M. Alexandre Chabot, secrétaire général de l’UdeM.

M. Guy Breton, recteur de l’UdeM, M. Philippe Descola, Mme Tania Saba, vice-doyenne de la Faculté des arts et des sciences, et M. Alexandre Chabot, secrétaire général de l’UdeM.

Crédit : Amélie Philibert.

En 5 secondes

L'UdeM a décerné, lors de la collation des grades de la Faculté des Arts et des sciences, un doctorat honoris causa à Philippe Descola, grand anthropologue français, pour l’ensemble de sa carrière.

« L’UdeM remet ce doctorat honoris causa à une personnalité qui a marqué les domaines de l’anthropologie et de la sociologie, a dit le recteur Guy Breton. Les travaux de M. Descola sont exceptionnels et nous sommes honorés de pouvoir lui remettre la plus haute distinction qui puisse être décernée par une université. »

Lors de la cérémonie de la collation des grades, la Faculté des Arts et des sciences remettait un diplôme de premier cycle à 752 personnes.

Qui est Philippe Descola?

Philippe Descola incarne à bien des égards le renouveau de la pensée anthropologique et de la théorie sociologique contemporaine. Professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’anthropologie de la nature, il élabore depuis plusieurs années une théorie générale où le social ne se pense plus à partir d’une société composée exclusivement d’humains, mais repose désormais sur l’idée d’un collectif rassemblant humains et non-humains.

Anthropologue œuvrant  au croisement de la sociologie, monsieur Descola a isolé plusieurs modes d’identification et de relation entre humains et non-humains susceptibles de constituer ce qu’il nomme une « écologie des relations ». En parallèle à cette œuvre scientifique de premier plan, Philippe Descola dirige, à la suite de Claude Lévi-Strauss et de Françoise Héritier, le très réputé Laboratoire d’anthropologie sociale à l’École des hautes études en sciences sociales.

Les travaux de monsieur Descola lui ont valu de très nombreuses distinctions, dont, en 1996, la médaille d’argent du CNRS venue souligner l’importance de ses recherches sur les usages et les connaissances de la nature dans les sociétés tribales. En 2004, il reçoit, l’Ordre national du mérite et, deux ans plus tard la prestigieuse décoration remise par l’Ordre de la Légion d’honneur française. L’Académie des sciences morales et politiques lui remet en 2012 le Prix de sociologie de la Fondation Édouard Bonnefous. La même année, il se voit distingué par la médaille d’or du CNRS, la plus prestigieuse récompense scientifique française. Il a été élu Honorary fellow du Royal Anthropological Institute de Londres et de l’European Association of Sociology Anthropology. Sa réputation tant à titre de chercheur que d’enseignant lui a ouvert les portes des plus prestigieuses universités, dont Rio de Janeiro, Chicago, Munich, New York, Buenos Aires, Londres ou encore Vienne.