4 M$ pour la recherche sur le sommeil et les rythmes biologiques

Crédit : istock

En 5 secondes

Le Réseau canadien sur le sommeil et les rythmes biologiques vient de recevoir 4 M$ pour faire progresser les connaissances sur les troubles du sommeil et leurs traitements.

Le Réseau canadien sur le sommeil et les rythmes biologiques vient de recevoir une subvention de quatre millions de dollars afin de mobiliser les professionnels de la santé autour d'une approche intégrée de traitement des patients qui souffrent de troubles du sommeil. Les Instituts de recherche en santé du Canada accordent près de deux millions de dollars, alors que le reste de la somme provient des universités partenaires du Réseau ainsi que de l'entreprise privée.

Le Réseau est dirigé par Julie Carrier, professeure au Département de psychologie de l'Université de Montréal. Il est hébergé par le centre de recherche du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux du Nord-de-l'île-de-Montréal à l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. Sa mission principale est d'apporter de nouvelles connaissances sur le sommeil et les rythmes biologiques et de favoriser une meilleure transmission des connaissances entre le milieu de la recherche et le milieu clinique, notamment en ce qui concerne les conséquences des troubles du sommeil sur la santé des patients. Pour ce faire, le Réseau compte accélérer la conversion des découvertes scientifiques en applications cliniques, établir des façons de faire plus efficaces ainsi que valider et évaluer les interventions qui changent des aspects significatifs de la pratique.

  • Julie Carrier, professeure de psychologie à l'UdeM et directrice du Réseau canadien sur le sommeil et les rythmes biologiques.

    Crédit : Université de Montréal

Le Réseau permettra également la création de nouvelles plateformes en recherche, dont une biobanque nationale sur les désordres de sommeil qui sera dirigée par Simon Warby, professeur au Département de psychiatrie de l'Université de Montréal. Finalement, le Réseau établira un programme de formation national sur le sommeil et les rythmes biologiques.

Le Réseau canadien sur le sommeil et les rythmes biologiques rassemble 50 chercheurs de partout au pays. Sa communauté scientifique compte des experts du cerveau, des fonctions cognitives et de la santé cardiovasculaire, métabolique et respiratoire, reconnus internationalement.

La directrice du Réseau, Julie Carrier, qui est aussi chercheure nationale du Fonds de recherche en santé du Québec (FRQS), consacre ses travaux au sommeil depuis plus de 15 ans au Centre d'études avancées en médecine du sommeil de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et au centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Ses recherches ont permis d'identifier plusieurs mécanismes clefs dans les effets du vieillissement sur le cycle éveil-sommeil. Ses travaux suggèrent que modifications du cycle éveil-sommeil avec l'âge ont des conséquences importantes sur la santé physique et cognitive des personnes plus âgées.

Les chercheurs de l'UdeM, outre Julie Carrier et Simon Warby, associés à cette subvention obtenue par le Réseau sont Alex Desautels, Gilles Lavigne, Nelly Huynh, Jacques Montplaisir et Nadia Gosselin. L'Université Laval, l'Université de Sherbrooke, l'UQAM, l'Université Concordia et l'Université McGill sont les établissements universitaires québécois membres du Réseau, aux côtés d'une douzaine d'universités canadiennes, dont l'Université de Toronto et l'Université de la Colombie-Britannique.