Centraide : soyons généreux, demande le vice-recteur Jean Charest

  • Forum
  • Le 17 novembre 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé
Jean Charest.

Jean Charest.

Crédit : Amélie Philibert.

En 5 secondes

La campagne de financement de Centraide à l'Université de Montréal est lancée par le vice-recteur aux ressources humaines et à la planification, Jean Charest.

Le vice-recteur aux ressources humaines et à la planification, Jean Charest, invite toute la communauté de l'UdeM à donner à Centraide parce que c'est une façon de contribuer financièrement et d'un seul coup aux activités de dizaines d'organismes qui viennent en aide aux démunis. «Un seul don individuel à Centraide a un effet de levier important, car il permet de soutenir plusieurs groupes qui interviennent auprès d'enfants, d'adultes et aussi de personnes âgées aux prises avec des difficultés diverses dans notre société.»

M. Charest, qui préside cette année le comité de la campagne Centraide à l'Université de Montréal, estime que les dons de la communauté universitaire se situent dans le prolongement de notre mission et de notre contribution à la société et rappelle que l'UdeM est un acteur social important. «Nous l'oublions parfois du fait que nous vivons dans un milieu privilégié, mais nous avons une responsabilité en matière de solidarité sociale qui dépasse notre mission première», mentionne-t-il.

Bien que la campagne Centraide permette une redistribution à de multiples organismes dans la collectivité, M. Charest souligne que certains membres de la communauté universitaire sont également susceptibles de bénéficier de nos dons quand surviennent des situations difficiles. Cela peut toucher bien sûr les étudiants mais aussi des membres du personnel. «Il faut garder en tête, dit-il, que personne n'est véritablement à l'abri de difficultés personnelles ou familiales qui nécessitent le recours à des organismes de soutien.» Et Centraide du Grand Montréal fait un travail essentiel à l'égard des organismes communautaires qui contribuent au tissu social par leurs actions au quotidien. «J'invite toute la communauté de l'UdeM à faire preuve d'une grande générosité encore cette année», conclut-il.

15 000 $ à Saint-Hyacinthe

Du côté de la Faculté de médecine vétérinaire, les fonds amassés par le personnel sont alloués à des projets de la région maskoutaine. Au cours des trois dernières années, ce sont plus de 15 000 $ annuellement qui ont été consacrés à l'aide aux familles. «Les besoins sont grands en matière d'aide alimentaire et de lutte contre la pauvreté et la violence familiale», signale Sébastien Roy, directeur administratif à la faculté et responsable de la campagne Centraide pour cette unité. Pour lui, il n'y a pas de choix à faire entre la grande campagne Campus Montréal et celle de Centraide. «Il faut donner aux deux.»

La tournée des donateurs devrait s'entamer sous peu et M. Roy a bon espoir de voir la contribution de la communauté se maintenir. «Je crois que les gens, ici, sont conscients des besoins dans les quartiers et les villages environnants. La pauvreté n'a pas le même visage en régions rurales, mais elle demeure une réalité.»

Engagée depuis longtemps dans la campagne Centraide, Andrée Labrie, coordonnatrice à la diversité et relevant du Vice-rectorat aux ressources humaines et à la planification, indique que les dons peuvent désormais être orientés en fonction des priorités formulées par le donateur. «C'est une nouveauté cette année. Quatre champs d'action ont été ciblés : soutenir la réussite des jeunes, assurer l'essentiel, briser l'isolement social et bâtir des milieux de vie rassembleurs.»

Bien que la campagne ait été retardée cette année pour des raisons techniques indépendantes de notre volonté, Mme Labrie a bon espoir de voir celle-ci atteindre ses objectifs.