La qualité des programmes universitaires, un enjeu primordial

Les membres du comité organisateur de la rencontre : Émilie Martel, de l’Université Concordia, Mme Mailhot, de l’Université de Montréal, Anik Lalonde, de l’UQAM, Céline Poncelin de Raucourt, de l’Université du Québec, et Isabelle Brouillard, de l’UQAM.

Les membres du comité organisateur de la rencontre : Émilie Martel, de l’Université Concordia, Mme Mailhot, de l’Université de Montréal, Anik Lalonde, de l’UQAM, Céline Poncelin de Raucourt, de l’Université du Québec, et Isabelle Brouillard, de l’UQAM.

Crédit : Denis Bernier.

En 5 secondes

Le 5 novembre, quelque 60 personnes des universités québécoises ont participé à une journée d'échanges sur l'évaluation des programmes d'études.

Quelque 60 personnes des universités québécoises ont participé, le 5 novembre, à une journée d'échanges sur l'évaluation des programmes d'études. Les participants ont discuté des facteurs favorisant une réelle évaluation des programmes, ainsi que des embûches rencontrées dans cet exercice. Même s'ils vivent des réalités différentes d'un établissement à l'autre, tous ont insisté sur la nécessité de bien accompagner les responsables des évaluations des programmes. Enfin, la mise en œuvre des changements proposés passe, selon plusieurs, par une forme d'amélioration en continu.

Ces échanges, qui ont eu lieu à l'Université du Québec à Montréal, se sont déroulés à un moment charnière de l'évolution des politiques sur l'évaluation des programmes. À l'Université de Montréal, c'est à Claude Mailhot qu'a été confié il y a deux ans le mandat de vice-rectrice adjointe à la promotion de la qualité des programmes. Mme Mailhot déposait d'ailleurs l'hiver dernier à la Commission des études un rapport sur les résultats de l'évaluation de 116 programmes d'études qui en faisait ressortir les nombreuses forces et les éléments à améliorer.

La vice-rectrice adjointe était membre du comité organisateur de cette journée de discussion. Les autres représentants de l'UdeM étaient les conseillères en évaluation du Bureau de la promotion de la qualité, Anne-Mireille Bernier et Stéphanie Tremblay (à titre de conférencières); les vice-doyens des facultés de médecine, de droit et des sciences de l'éducation, soit Daniel Lajeunesse, France Houle et Pascale Lefrançois; la présidente de la Commission de l'évaluation des programmes du Bureau de la coopération internationale, Carole Groleau; et plusieurs professeurs et professionnels.