L'UdeM crée un programme d'études sur les récits et médias autochtones

  • Forum
  • Le 23 novembre 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé
Les études autochtones prennent une place grandissante à l’Université de Montréal.

Les études autochtones prennent une place grandissante à l’Université de Montréal.

Crédit : Office national du film du Canada.

En 5 secondes

Un nouveau programme de deuxième cycle en études autochtones est approuvé par la Commission des études de l'Université de Montréal.

À sa réunion du 17 novembre, la Commission des études a adopté un programme d'études supérieures spécialisées (DESS), «Récits et médias autochtones», qui accueillera ses premiers étudiants à l'été 2016.

Alors que les études autochtones prennent une place grandissante à l'Université de Montréal, la nouvelle formation «vise à doter l'étudiant de connaissances théoriques et critiques de même que d'une expérience pratique de collaboration avec des instances artistiques et culturelles autochtones locales», dit le document de présentation préparé par la Faculté des arts et des sciences (FAS). International et multilingue, ce programme veut inciter l'étudiant à «poursuivre une réflexion sérieuse et engagée sur la question de la décolonisation».

«Aujourd'hui, les Premières Nations entrent à l'UdeM par la grande porte», a témoigné le créateur du programme, Simon Harel, en soulignant la collaboration de plusieurs partenaires de la FAS et du vice-recteur au développement académique et à la transformation institutionnelle, Gérard Boismenu. À ceux qui s'interrogent sur le rôle des départements de littérature dans ce projet, il répond que la résilience des autochtones du monde est associée à une prise de parole.

M. Harel a aussi indiqué que l'UdeM était la première des universités québécoises à mettre en place un tel programme de deuxième cycle. Déjà, des étudiants autochtones ont manifesté leur intérêt pour le programme.

Le DESS comprend des cours comme Arts et cinémas autochtones, Historiographie des études autochtones au Canada, Éthique de la collaboration et Expressions autochtones de la résistance.

Les diplômés pourront travailler au sein d'organismes gouvernementaux, privés ou sans but lucratif, et d'organisations autochtones (musées, festivals, maisons d'édition et de production, éducation et communautés).