Le concert dont vous êtes le héros... tout un programme!

  • Forum
  • Le 25 novembre 2015

Le Concerto pour piano n°3, de Beethoven, est au programme du concert du 5 décembre.

Le Concerto pour piano n°3, de Beethoven, est au programme du concert du 5 décembre.

Crédit : Amélie Philibert.

En 5 secondes

L'Orchestre de l'Université de Montréal présente, le 5 décembre, un concert dont la programmation a été choisie par le public fréquentant les plateformes d'ICI Musique et de la Faculté de musique.

C'est jour de répétition à la salle Claude-Champagne. L'Orchestre de l'Université de Montréal (OUM) présente, le 5 décembre, un concert dont la programmation a été choisie par le public fréquentant les plateformes d'ICI Musique et de la Faculté de musique. Sur la scène, une soixantaine d'étudiants et autant d'instruments à cordes et à vent, des percussions, des bois, une crécelle même. De dos, le chef Jean-François Rivest dirige tout ce petit monde avec l'énergie qu'on lui connaît. À un moment, il se retourne vers la salle quasi vide.

«Cette partie, on la joue “froid” ou crescendo?» demande-t-il.

Au premier rang se trouve Yuliya Zakharava. La jeune femme, lauréate du 1er Prix du Concours de composition de l'OUM au printemps, suit la répétition un livret entre les mains. Cette œuvre qui voit le jour sous ses yeux, c'est elle qui l'a créée. Ce n'est pas la première, mais celle-ci a un goût un peu particulier. Non seulement elle a dû l'écrire en un mois, top chrono, mais tant la mélodie que le rythme lui ont été dictés par les choix du public.

«Lorsque Jean-François m'a fait part de cette idée, j'ai été d'abord surprise, raconte-t-elle. Et puis, je me suis dit que ça allait être intéressant. Un vrai défi que j'allais devoir relever.»

Un concert très théâtral

L'idée initiale de ce concert «interactif» vient en réalité d'ICI Musique.

«Je discutais avec mes amis de Radio-Canada et le concept de laisser le public maître de la programmation du concert est venu d'eux, explique le chef d'orchestre. Moi, je suis allé un peu plus loin dans l'interaction. Je me rappelle très bien être chez moi, réfléchir à ce concert et avoir l'illumination de demander aussi au public de voter pour des éléments de l'œuvre en création. C'est rare que le public se sente partie prenante dans la musique contemporaine. Là, on lui tendait la main.»

Un peu plus tôt cet automne, le public a donc eu l'occasion de choisir l'ouverture, la suite et le rappel parmi une sélection d'œuvres qui lui était proposée. Mais surtout, il a pu «voter» pour certains éléments de la création de Yuliya Zakharava, intitulée Karagode.

«C'est le nom d'une danse folklorique de mon pays d'origine, la Biélorussie, indique la jeune compositrice. Une danse festive, une sorte de ronde rapide, mais qui ralentit graduellement. Elle évolue vers une émotion dramatique, triste. Il y a quelque chose de très théâtral dans cette œuvre.»

Et dans l'ensemble de la programmation d'ailleurs, notamment l'ouverture du Songe d'une nuit d'été, de Félix Mendelssohn-Bartholdy, et la suite n°2 de Roméo et Juliette, de Sergueï Prokofiev. Le rappel ne sera quant à lui dévoilé qu'à l'issue du concert.

«Je n'ai pas été surpris par ces choix populaires, avoue Jean-François Rivest, qui se défend de s'être senti dépossédé de ses prérogatives de directeur artistique. Je suis vraiment satisfait. Le Mendelssohn, c'est une pièce dans laquelle il y a des revirements de situation, différents niveaux de lecture, une magie incroyable, une caricature hallucinante de lord Bottom : c'est à la fois nocturne et lumineux. Il y a ensuite, dans le Roméo et Juliette de Prokofiev, une dimension d'innocence extrême mêlée à une morbidité excessive elle aussi. Lorsque Juliette danse, c'est d'une pureté, d'une simplicité... et la mort à la fin, c'est l'une des choses les plus effrayantes que je connais. C'est puissant émotionnellement.»

Webdiffusé sur ICIMusique.ca

Puissant également le Concerto pour piano n°3, de Ludwig van Beethoven, seule œuvre du concert pour laquelle le public n'a pas eu à voter, en raison d'une préparation nécessitant plus de temps de la soliste. Au côté de l'Orchestre, c'est Marine Blassel, gagnante 1er Prix du Concours de concerto 2015 de l'OUM, qui en sera l'interprète.

«J'ai choisi ce concerto tout simplement parce que c'est l'un de mes préférés, confie Mme Blassel. Il est héroïque et humain, tendre, courageux, brave, lumineux et intérieur, exalté et exaltant à jouer. C'est un concerto à la fois plein de contrastes et très équilibré dans sa structure, dans le dialogue qui s'établit entre l'orchestre et le piano. Même s'il y a une lutte constante qui nous surprend jusqu'à la fin.»

Au moment de l'entrevue, l'Orchestre n'en était qu'à sa deuxième répétition. Il en restait six avant le grand soir du concert, qui rayonnera non seulement dans la salle Claude-Champagne mais aussi dans le monde, puisqu'il fera l'objet d'une webdiffusion vidéo en direct sur ICIMusique.ca.

«C'est toujours beaucoup d'émotion de voir son œuvre prendre vie devant ses yeux, conclut la compositrice Yuliya Zakharava. Et encore plus lorsque c'est un orchestre qui l'interprète. C'est puissant, c'est magique. J'ai vraiment, vraiment hâte d'assister au concert!»

Information

Le concert dont vous êtes le héros, sous la direction de Jean-François Rivest, le samedi 5 décembre à 19 h 30 à la salle Claude-Champagne de la Faculté de musique de l'Université de Montréal, 220, avenue Vincent-D'Indy, à Montréal. Tarifs : 12 $ ou entrée libre pour les étudiants. Billetterie : www.admission.com.