La prise d'antidépresseurs pendant la grossesse augmente de 87 % le risque d'autisme

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Une étude inédite publiée dans JAMA Pediatrics compile les données sur 145 456 grossesses et l'utilisation d'antidépresseurs.

L'utilisation d'antidépresseurs pendant la grossesse hausse considérablement le risque que le bébé soit atteint d'autisme, vient de révéler la professeure Anick Bérard, de l'Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine. Cette experte de renom international, spécialiste de l'innocuité des médicaments pris durant la grossesse, est arrivée à cette conclusion après avoir étudié les données relatives à 145 456 grossesses. L’étude a révélé que le risque d’avoir un enfant atteint d’autisme chez les femmes qui ne prenaient pas d’antidépresseur pendant leur grossesse était de 1 %, tandis que le risque était  1.87 % chez les femmes traitées avec un antidépresseur durant les 2e et 3e trimestres de leur grossesse, soit une augmentation de 87 % du risque.

« De plus, ce risque absolu était de plus de 2% parmi celles utilisant des ISRS, les antidépresseurs les plus utilisés (Paxil, Prozac, Zoloft, Celexa). Ces risques ne peuvent pas être expliqués par la dépression de la mère puisqu’ils sont au-delà du risque d'autisme associé à la dépression maternelle, de préciser Mme Bérard. La plupart des femmes dans la cohorte avaient une dépression légère à modérée (85% des femmes dépressives) ou d'autres options de traitements étaient envisageables. »

«Les diverses causes de l'autisme demeurent incertaines, mais des travaux ont démontré que la génétique et l'environnement pouvaient tous deux représenter des facteurs de risque, explique-t-elle. Notre étude a permis d'établir que la prise d'antidépresseurs, particulièrement les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, les ISRS, pendant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse faisait presque doubler le risque d'autisme chez l'enfant.» Ses conclusions ont été publiées aujourd'hui dans JAMA Pediatrics.

La Dre Bérard et ses collègues ont mené leur étude à partir de données de la cohorte des grossesses du Québec et ils se sont penchés sur 145 456 enfants, de leur conception à l'âge de 10 ans. En plus de renseignements sur l'utilisation des antidépresseurs par la mère et le diagnostic d'autisme chez l'enfant, les données englobaient un ensemble de détails qui ont permis à l'équipe de quantifier les effets précis des médicaments antidépresseurs. Par exemple, certaines personnes sont génétiquement prédisposées à l'autisme (elles ont des antécédents familiaux). L'âge de la mère et la dépression sont des composantes potentiellement associées à l'apparition de l'autisme, tout comme certains facteurs socioéconomiques telle la pauvreté, et l'équipe a été en mesure de prendre tous ces éléments en compte. «Nous avons défini l'exposition aux antidépresseurs comme “au moins une ordonnance d'antidépresseurs remplie pendant le deuxième ou le troisième trimestre de la grossesse”. Nous avons choisi cette période parce que c'est pendant celle-ci que le cerveau du bébé franchit une étape cruciale de son développement, indique la professeure. Parmi tous les enfants sur lesquels portait l'étude, nous avons ensuite retenu ceux chez qui une forme d'autisme avait été diagnostiquée en vérifiant les dossiers médicaux faisant état d'autisme infantile, d'autisme atypique, du syndrome d'Asperger ou d'un trouble envahissant du développement. Enfin, nous avons recherché une association entre les deux groupes d'enfants et nous en avons trouvé une très importante : un risque accru de 87 %. Les résultats sont demeurés inchangés lorsque nous nous sommes uniquement penchés sur les enfants chez qui le diagnostic avait été posé par des spécialistes tels des psychiatres ou des neurologues.»

Ces conclusions revêtent une importance capitale, puisque de 6 à 10 % des femmes enceintes se voient actuellement prescrire des antidépresseurs pour soigner une dépression. Dans l'étude de la Dre Bérard, 1054 enfants ont reçu un diagnostic d'autisme (0,72 % de l'échantillon) à l'âge de 4,5 ans en moyenne. En outre, l'incidence de l'autisme chez les enfants a augmenté, passant de 4 pour 10 000 enfants en 1966 à 100 pour 10 000 enfants aujourd'hui.

Crédit : Amélie Philibert

Bien que cet accroissement puisse être attribuable à une détection améliorée et à des critères de diagnostic élargis de ce trouble, les chercheurs estiment que des facteurs environnementaux jouent également un rôle. «Sur le plan biologique, il est plausible que les antidépresseurs engendrent l'autisme s'ils sont utilisés pendant la période de développement du cerveau du fœtus, puisque la sérotonine entre en jeu dans de nombreux processus développementaux prénataux et postnataux, y compris la division cellulaire, la migration des neurones, la différenciation cellulaire et la synaptogénèse, soit la création des liens entre les cellules du cerveau, précise Anick Bérard. Certaines classes d'antidépresseurs comme les ISRS agissent en inhibant la production de sérotonine, ce qui entrave la capacité du cerveau de se développer entièrement dans l'utérus.»

Antidépresseurs, grossesse et autisme
En lecture:

Antidépresseurs, grossesse et autisme

À propos de cette étude

akoua Boukhris, Odile Sheehy, Laurent Mottron et Anick Bérard ont publié l'article « Antidepressant use during pregnancy and the risk of autism spectrum disorder in children » dans JAMA Pediatrics le 14 décembre 2015. doi : 10.1001/jamapediatrics.2015.3356.

Anick Bérard est professeure à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

Cette étude a été financée par le Réseau de formation en recherche périnatale du Québec des Instituts de recherche en santé du Canada et par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS).

Anick Bérard est titulaire d'une chaire de recherche sur les médicaments et la grossesse du FRQS. Elle agit à titre d'experte-conseil dans des poursuites judiciaires liées aux antidépresseurs et aux anomalies congénitales.

Ressources pour les médias