L'Université de Montréal enseignera la «médiation de la musique»

  • Forum
  • Le 17 décembre 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé

En 5 secondes

La Faculté de musique crée un programme d’études en médiation de la musique qui accueillera ses premiers étudiants à l’automne 2016.

La Faculté de musique de l'Université de Montréal créera un microprogramme de deuxième cycle et un diplôme d'études supérieures spécialisées en médiation de la musique qui devraient accepter leurs premiers étudiants dès l'automne prochain.

Par ces programmes d'études, on veut «développer de nouvelles méthodes et techniques de développement des publics en combinant la recherche et la pratique par des études et des enquêtes traitant du rapport entre les publics et les musiques», comme l'explique le document de présentation déposé à la Commission des études à sa réunion du 15 décembre. Les membres présents ont donné leur approbation unanime à ce projet.

La création de programmes courts de deuxième cycle en médiation de la musique s'inscrit dans le contexte de la percée de la discipline à la Faculté de musique, grâce notamment aux travaux du professeur Michel Duchesneau, qui a présenté le projet. Qu'entend-on par «médiation de la musique»? Essentiellement l'enrichissement des auditoires. 

«La médiation de la musique implique non seulement des activités entreprises par les artistes et les organismes pour mettre en relation l'œuvre musicale et le public en dehors du moment musical (le concert), mais elle oblige aussi à interroger les conditions propices à l'établissement de liens entre la musique et le public», indique le document.

M. Duchesneau a précisé que les besoins sont très clairement exprimés par le milieu musical. Les programmes d'études mis sur pied par la faculté s'adressent aux étudiants actuels, bien entendu, mais également aux professionnels qui désirent acquérir de nouvelles compétences. Le directeur d'un centre culturel ou musical ou encore le directeur des communications d'un organisme artistique pourraient y trouver leur compte, a-t-il laissé entendre.