La voiture électrique est-elle vraiment écologique?

  • Forum
  • Le 2 février 2016

  • Dominique Nancy
Le bilan environnemental de la voiture électrique dépend surtout du mode de production de l’électricité qui l’alimente.

Le bilan environnemental de la voiture électrique dépend surtout du mode de production de l’électricité qui l’alimente.

Crédit : Benoît Gougeon.

En 5 secondes

Le bilan environnemental de la voiture électrique dépend surtout du mode de production de l’électricité qui l’alimente.

Renault Zoé, Lumeneo Neoma, BMW i3, Courb C-Zen, Tesla Model S... Ces derniers-nés de l'industrie automobile sont tout électriques. Batteries, moteurs, dispositifs de recharge, design, équipements : chacun de ces composants technologiques essentiels au succès de la voiture électrique lui permet de se faire une place sur le bitume. Mais son bilan environnemental est-il aussi écologique qu'il en a l'air?

«Plusieurs croient que la voiture électrique présente l'avantage de n'émettre ni CO2 ni polluants. Mais la question est beaucoup plus complexe. Cela dépend surtout du mode de production de l'électricité qui l'alimente. Sur le plan écologique, si l'électricité est produite par une centrale au charbon, c'est pire qu'une voiture qui roule au pétrole!» affirme Michel Gendreau, professeur à Polytechnique Montréal.

Au Québec, précise ce spécialiste du transport et de l'énergie, l'électricité est fournie à 97 % par des sources renouvelables comme l'hydroélectricité et l'éolien. «Chez nous, il y a un gain en termes d'empreintes environnementales quand on conduit un véhicule électrique, dit-il. Mais ce n'est pas le cas dans tous les pays.»

Une voiture alimentée par de l'électricité provenant d'une centrale nucléaire, comme c'est souvent le cas en France, émet en moyenne un gramme par kilomètre d'équivalent CO2. Quand l'électricité d'un véhicule vient d'une centrale au charbon, c'est 150 fois plus! Le taux est alors supérieur à la moyenne actuelle des émissions de CO2 des voitures à essence en France. La situation est particulièrement problématique dans des pays comme la Chine, dont la production électrique est assurée à 70 % par des centrales au charbon et qui prévoit en 2020 un parc de cinq millions de véhicules rechargeables.

Dans le cas de la Chine, le professeur Gendreau apporte une nuance. «Pour avoir visité Beijing, je dirais que la voiture électrique est bénéfique en milieu urbain densément peuplé même si l'électricité qui l'alimente est produite avec du charbon. Car le taux de pollution au centre-ville est extrêmement élevé.» Selon lui, le bilan environnemental du véhicule électrique dépend non seulement du mode de production de l'électricité, mais aussi de son lieu de fabrication. «Par exemple, si la centrale au charbon se trouve dans un endroit perdu très lointain et qu'on laisse juste les voitures électriques se déplacer au centre-ville, il y a là tout de même un avantage», estime-t-il.

Autrement dit, la voiture électrique ne règle pas le problème de l'émission globale des gaz à effet de serre, mais contribue à purifier l'air des villes...