L'UdeM modifie plusieurs programmes d'études

  • Forum
  • Le 3 février 2016

  • Mathieu-Robert Sauvé

En 5 secondes

La Commission des études de l'Université de Montréal approuve la modification d'une dizaine de programmes d'études à sa réunion du 23 février.

Après deux décennies d'existence, le programme de baccalauréat en études internationales connaîtra une réforme majeure correspondant aux recommandations et suggestions formulées au cours de son processus d'évaluation.

Le baccalauréat remanié comprendra trois options thématiques plutôt que les cinq actuelles : Droit et gouvernance, Coopération et développement et Paix et sécurité. «Outre les thèmes classiques de relations interétatiques, de géopolitique, de stratégies et de politique étrangère, l'accent est placé sur les enjeux contemporains de la paix et de la sécurité tels que les guerres intraétatiques, les relations ethniques, les mouvements religieux et ethniques», peut-on lire dans le document de présentation.

Voilà l'un des projets de modifications de programmes approuvés par la Commission des études à sa réunion du 23 février. Plusieurs autres, provenant des facultés des arts et des sciences, de médecine vétérinaire, de musique, de médecine, des sciences de l'éducation, de l'aménagement et de HEC Montréal, figuraient à l'ordre du jour. Tous ont été adoptés.

Du côté du Département d'histoire, la réforme proposée vise la modification majeure des trois principaux programmes de premier cycle : baccalauréat spécialisé, majeure et mineure. «Compte tenu de son ampleur, la réforme des programmes au premier cycle constitue une étape importante pour notre développement futur. Elle se fait en parallèle avec une réforme ambitieuse au 2e cycle. Il s'agit de faire de ces deux réformes le moteur d'un nouvel élan pour notre département», ont fait valoir les responsables.

Il y aura un réaménagement de la structure des programmes de façon à refléter la progression des apprentissages. «La réorganisation des blocs en fonction des niveaux simplifie la structure et la rend plus cohérente avec la façon dont nous envisageons, comme département, la formation historique.»

À la Faculté de musique, le baccalauréat sera revu alors que de nouveaux programmes de mineure et majeure seront créés en musiques numériques et en musique, arts et société. Ces programmes veulent répondre aux besoins d'une clientèle qui souhaite une formation plus diversifiée dans la perspective du baccalauréat par cumul. Pour ce qui est de la maîtrise et du doctorat en composition, ils deviennent la maîtrise et le doctorat en composition et création sonore. De plus, on crée un programme de diplôme d'études supérieures spécialisées en musiques numériques. Ce dernier «s'adresse aux candidats qui souhaitent développer un langage personnel en se donnant les outils adaptés à leur choix esthétique».

Il y aura création d'un certificat en analytique d'affaires à HEC Montréal, qui se concentrera sur l'analyse des données. On souhaite que ce programme «apporte aux étudiants les instruments nécessaires pour exploiter pleinement cette source riche en informations destinée à faciliter la prise de décision dans le domaine de la gestion», explique le document présenté à la réunion.

À Saint-Hyacinthe, le diplôme d'études supérieures en médecine vétérinaire, option Sciences cliniques vétérinaires, comprendra un volet «médecine sportive et rééducation équines». Il permettra d'attirer les étudiants de l'extérieur du Québec. D'une durée de trois ans, le programme préparera l'étudiant aux examens de reconnaissance des acquis de l'American College of Veterinary Sports Medicine and Rehabilitation. «La médecine sportive équine, rappellent les responsables, concerne l'étude des signes cliniques, du diagnostic et du traitement ainsi que l'élaboration de programmes de réentraînement et de protocoles de physiothérapie en vue du retour à l'exercice suite à des maladies et des blessures associées à l'exercice, que ce soit les compétitions, les courses, le travail de ferme ou l'équitation de loisir.»

À la Faculté des sciences de l'éducation, on parlera désormais du diplôme d'études supérieures spécialisées et du microprogramme en leadership et gestion des établissements scolaires et non plus en administration de l'éducation. En plus de changer leur dénomination, ces programmes seront «beaucoup plus explicitement centrés sur la préparation des directions d'établissement» en s'inspirant, notamment, de ce qui se fait dans d'autres provinces canadiennes et à l'étranger (États-Unis, Australie et Nouvelle-Zélande).

À la Faculté de médecine, la maîtrise en sciences biomédicales inclura les options Perfusion extracorporelle et Conseil génétique alors que le programme de doctorat en sciences biomédicales offrira les options Éthique clinique et Sciences buccodentaires.

On procédera à la création d'un microprogramme en pratiques et politiques du pluralisme et d'un microprogramme en analyse et stratégie internationales à la Faculté des arts et des sciences. Ce dernier programme d'études répond à une demande faite par des professionnels sur le marché du travail désireux de parfaire leurs connaissances. Il est principalement composé de cours déjà offerts par le Centre d'études et de recherches internationales de l'UdeM durant ses écoles d'été.

À la Faculté de l'aménagement, l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage modifie le programme de maîtrise en architecture de paysage afin de se conformer aux exigences du Conseil d'agrément en architecture de paysage, un organisme qui relève de l'Association des architectes paysagistes du Canada. L'implantation est prévue pour l'automne 2016.