Le physicien Normand Mousseau guérit son diabète

  • Forum
  • Le 10 février 2016

  • Mathieu-Robert Sauvé
Normand Mousseau a chassé le diabète de son organisme sans médicaments.

Normand Mousseau a chassé le diabète de son organisme sans médicaments.

Crédit : Amélie Philibert.

En 5 secondes

Le physicien Normand Mousseau explique dans son dernier livre comment il a vaincu le diabète de type 2 sans chirurgie ni médicaments.

Le 7 mai 2013, Normand Mousseau reçoit un diagnostic sans appel : il est atteint de diabète de type 2. Cela signifie, selon son médecin, qu'il devra prendre jusqu'à la fin de sa vie des médicaments pour normaliser sa glycémie. Ce jour-là, M. Mousseau ajoute son nom à «une liste qui compte déjà 2,5 millions de Canadiens, 22 millions d'Américains, 2,9 millions de Français et 3,2 millions de Britanniques», comme il l'écrit dans son dernier livre. Tous ces gens «doivent apprendre à vivre avec cette terrible maladie responsable d'un nombre important de cas de cécité, d'amputations, de maladies du rein et d'arrêts cardiaques».

Mais, en bon scientifique, le professeur du Département de physique de l'Université de Montréal effectue une revue de la littérature scientifique sur cette affection. Dans la multitude d'articles qu'il consulte, une surprise l'attend : le diabète de type 2 peut être guéri sans médicaments, mais à la condition de se soumettre à un changement radical de régime de vie. Fini les gourmandises de fin de soirée, à bas le gras superflu dans les assiettes et sus à la sédentarité! Il enfile des chaussures de sport, et pas pour de petites marches le dimanche. La course à pied, à raison de 150 minutes par semaine, lui permettra de se reconstruire. En un peu plus d'un an, il passe de 225 à 165 livres (de 101 à 74 kilos); surtout, il chasse le diabète de son organisme. «Si j'allais voir un médecin qui ne connaît rien de mes antécédents, il serait incapable de dépister la moindre trace de diabète dans mon sang», résume l'auteur de Comment se débarrasser du diabète de type 2 sans chirurgie ni médicament, qui vient de paraître chez Boréal. Forum l'a joint à son bureau pour lui poser quelques questions.

Êtes-vous guéri du diabète ou en rémission?

Je dis plutôt dans mon livre qu'il s'agit d'une rémission, car l'Association américaine du diabète juge qu'on ne peut parler de guérison qu'après cinq ans. Mais je tiens bon depuis deux ans et je n'utilise mon glycomètre qu'une fois ou deux par semaine pour m'assurer que tout marche bien. Mon régime alimentaire peut ressembler à une «condamnation à vie», mais de nombreuses personnes surveillent leur poids sur une base quotidienne. Et, bien sûr, ma disposition génétique et un pancréas fragile font que mon diabète risque de réapparaître si je reprends du poids.

De quoi sont composés vos repas?

Prenons la journée d'aujourd'hui : deux rôties au beurre d'arachide et une banane au petit déjeuner; une soupe et un fruit à midi; ce soir je mangerai du poulet avec des patates pilées et, peut-être, un verre de vin. Des légumes composeront au moins la moitié de l'assiette, suivant le Guide alimentaire canadien. Je m'offrirai un morceau de gâteau au chocolat pour dessert. Ce n'est pas un régime spartiate et je me permets des écarts, mais je dois manger moins qu'avant si je veux maintenir mon poids. C'est surtout pour renoncer aux mauvaises habitudes qu'il a fallu travailler plus fort.

En parallèle, pour aider ma santé et garder mon poids, je fais du sport plusieurs fois par semaine. Je n'en ressentais aucun plaisir au début; je le faisais par nécessité. Maintenant, j'aime davantage bouger et les études sont claires : le corps a besoin de mouvement. Il doit être poussé à l'activité.

Vous êtes la preuve vivante que des modifications draconiennes aux habitudes de vie peuvent chasser le diabète de type 2. Pourquoi les médecins et associations de diabétiques ne font-ils pas la promotion de cette approche?

Je ne crois pas à la théorie de la conspiration. Si cette approche non pharmaceutique n'est pas connue, c'est qu'elle exige une discipline rigoureuse et un changement de vie profond, auxquels les gens ne sont pas prêts à se soumettre de façon permanente. Mais il est vrai que mon expérience secoue le carcan médical historique voulant que le diabète ne se guérisse pas, qu'il se contrôle le plus souvent avec des médicaments.

Cela dit, et c'est très important de le souligner, le régime hypocalorique et l'exercice ne conviennent pas à tous les diabétiques. Il y a des gens dont le pancréas est beaucoup trop faible pour jouer son rôle. Je ne suis pas médecin; il faut donc tout d'abord voir avec les spécialistes si l'approche sans médicaments peut convenir. Mais, depuis que mon livre est sorti, des dizaines de personnes m'ont écrit pour me dire qu'elles avaient elles aussi contrôlé, voire vaincu le diabète de façon similaire.

Votre approche s'appuie sur les travaux Roy Taylor, qui a constaté que des patients ayant subi une chirurgie bariatrique voyaient leur diabète disparaître. Mais son étude ne portait que sur une douzaine de cas. N'est-ce pas un peu mince comme échantillon?

Bien sûr que c'est mince. Mais il faut voir de quelle façon il a expérimenté la chose. C'est un physiologiste qui étudie ce secteur depuis plus de 20 ans à l'aide de techniques d'imagerie médicale sophistiquées. Il a donc vu les causes plutôt que les effets du diabète. Quand les patients maigrissaient rapidement à la suite de la chirurgie bariatrique, c'est dans les organes internes qu'ils puisaient leurs réserves. Or, c'est là que les graisses causent le plus de torts.

Ne craignez-vous pas que votre livre serve les adeptes de l'autoguérison, un terrain fertile pour les pseudosciences?

Mon livre est un témoignage personnel qui, je l'espère, servira à des gens aux prises avec cette maladie. Mais j'y présente ma démarche qui est essentiellement scientifique. J'ai lu des études sur le diabète, consulté de nombreux documents. Quand j'ai découvert le programme conçu par Roy Taylor, le plus difficile a été de me convaincre qu'il pouvait fonctionner, en dépit du silence des spécialistes du diabète à cet égard. Mais je me suis prêté au jeu et cela a bien fonctionné pour moi. Toutefois, je ne suis pas un gourou et mon but est plutôt de montrer que la science médicale a déjà trouvé une voie vers la guérison, même si ce n'est pas une voie habituellement recommandée.