Sans consentement, c'est une agression!

  • Forum
  • Le 15 mars 2016

  • Dominique Nancy
Le recteur Guy Breton en compagnie de la chroniqueuse Véronique Grenier et du rappeur Koriass, les co-porte-parole de la campagne, ainsi qu'Alexandra Bolduc, représentante étudiante.

Le recteur Guy Breton en compagnie de la chroniqueuse Véronique Grenier et du rappeur Koriass, les co-porte-parole de la campagne, ainsi qu'Alexandra Bolduc, représentante étudiante.

Crédit : Andrew Dobrowolskyj.

En 5 secondes

Lancement de la campagne provinciale de sensibilisation à la violence à caractère sexuel.

«Sans oui, c'est non! Ça dit ce que ça veut dire assez clairement, mais on a besoin de répéter cette évidence pour mettre fin aux comportements inacceptables et changer les mentalités dans l'ensemble des campus québécois», a affirmé le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, à l'occasion du lancement de la campagne provinciale de sensibilisation à la violence à caractère sexuel, qui réunit 16 universités du Québec et 19 associations étudiantes universitaires.

Des représentants des établissements et associations regroupant près de 185 000 étudiants étaient présents pour signifier leur engagement dans la campagne Sans oui, c'est non! mise sur pied en 2014 par l'UdeM, son bureau d'intervention en matière de harcèlement et la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal.

«Notre campus est un milieu d'études, de travail et de vie qui doit demeurer sécuritaire pour tous ses membres, a déclaré M. Breton, qui préside le Bureau de coopération interuniversitaire. Cette campagne rappelle nos valeurs et l'importance du consentement, mais aussi toute la panoplie de services offerts aux étudiants et aux employés qui vivent des situations particulières.»

Les questions de harcèlement et de violence sexuelle font l'objet de sérieuses préoccupations dans les universités. Cette problématique met en lumière, tant au Canada qu'ailleurs, l'importance d'établir des stratégies communes afin de lutter contre la violence à caractère sexuel, notamment en faisant évoluer les comportements.

Axée sur la question du consentement, la campagne Sans oui, c'est non! met l'accent sur des repères pour favoriser des relations saines et respectueuses entre les personnes et sur des ressources pour aider les victimes ou les témoins d'une situation de harcèlement, d'une agression ou d'une inconduite à connotation sexuelle. À cet égard, le site www.sansouicestnon.ca, aussi lancé hier en matinée, offre de nombreux outils.

Dans les prochaines semaines, les établissements universitaires vont proposer des activités de sensibilisation et du matériel promotionnel afin de promouvoir un milieu d'études, de travail et de vie exempt de ce type de violence.

La violence à caractère sexuel comprend toutes les formes de violence, physique ou psychologique, perpétrées par le biais de pratiques sexuelles non consentantes. Elle englobe notamment les agressions sexuelles, le voyeurisme, le cyberharcèlement et le harcèlement sexuel.

Le Bureau d'intervention en matière de harcèlement de l'Université de Montréal est au service de tous les membres de la communauté universitaire. Son rôle est de prévenir ce genre de situation et d'intervenir auprès des personnes concernées.