Le message à la jeunesse de Christiane Taubira

En 5 secondes

L’ex-ministre française de la Justice et garde des Sceaux Christiane Taubira était récemment l’invitée du CERIUM à l’occasion d’une conférence consacrée à l’avenir de la gauche.

Une salle comble a accueilli, le 31 mars à l’Université de Montréal, l’ex-ministre française de la Justice et garde des Sceaux Christiane Taubira, invitée par le Centre d’études et de recherches internationales de l’UdeM (CERIUM) à prononcer une conférence sur «l’avenir de la gauche».

Frédéric Mérand, directeur du CERIUM, a d’emblée qualifié de «femme de conviction, de principe et d’action» celle qui a quitté le gouvernement de Manuel Valls en janvier dernier, en opposition au projet d’inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution. Il a rappelé son statut d’icône de la gauche française. Mme Taubira est en effet à l’origine de deux lois symboliquement fortes : celle qui a reconnu, en 2001, la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité et celle qui a ouvert, en 2013, le mariage aux couples de même sexe.

S’exprimant devant un public très largement composé d’étudiants et visiblement acquis à sa cause qui lui a réservé plusieurs ovations au cours de la soirée, Mme Taubira a prévenu : «Parler de l’avenir de la gauche est un défi colossal.»

Après avoir évoqué les grands moments de la gauche dans le monde, l’ancienne ministre a tenu à la définir à partir de ses valeurs, idéaux et méthodes, énumérant ainsi le droit naturel, l’égalité, la fraternité, le respect de la dignité de la personne ou bien encore la nécessité du débat et de la discussion.

Loin d’être utopiste, Mme Taubira est consciente que la gauche doit composer avec la réalité mondiale et économique. Toutefois, «elle doit se souvenir de sa genèse, du fait qu’elle est née pour protéger les vulnérables, assurer les conquêtes sociales, permettre à l’individu d’assurer son émancipation, parallèlement au progrès collectif», a-t-elle déclaré. Elle a d’ailleurs fait remarquer que, «chaque fois que des forces de gauche ont reculé devant leurs principes et valeurs, elles se sont affaiblies et ont été écartées des responsabilités».

Redéfinir et revivifier les concepts de la gauche

L’invitée du CERIUM a dressé un constat sévère de l’état de la gauche aujourd’hui, affirmant qu’elle «a capitulé devant l’hégémonie culturelle des forces conservatrices qui imposent une vision du monde. Depuis 30 ans, la gauche recule, incapable d’imposer sa vision du monde». Pour sortir de cette situation, celle qui est diplômée en sciences économiques, sociologie et ethnologie invite à réfléchir à des règles communes, soulignant que, «grâce à nos différences, nous pouvons enrichir la vie commune».

Citant aussi bien la poète innue Natasha Kanapé Fontaine que Marie Uguay ou encore Albert Einstein, Mme Taubira a conclu son intervention en adressant un message à son jeune auditoire. À ses yeux, la jeunesse a en effet un rôle essentiel à jouer quant à l’avenir de la gauche. «Votre génération a une tâche lourde, a-t-elle indiqué. Vous devez vous atteler à une pensée sur le monde tel qu’il est, pluriel et divers, et réussir à dire que ce monde a droit de cité.» Christiane Taubira a convié les jeunes à «revivifier les concepts de gauche, à montrer la modernité de la notion d’égalité et à permettre à chacun de découvrir ses talents et de devenir ce qu’il a choisi d’être». Cela passera, selon elle, par une interrogation et une redéfinition des concepts de la gauche, qui doivent être adaptés et performants vis-à-vis des nouveaux enjeux économiques, culturels ou environnementaux.

L’enjeu est de taille : «Si vous ne répondez pas à cette nécessité, nous serons démunis devant ces grands enjeux, a-t-elle averti. Mais nous en sommes capables!»