Mourir n’est plus ce qu’il était!

  • Forum
  • Le 18 avril 2016

  • Dominique Nancy
Intensiviste à l'Hôpital Saint-Luc et président du Comité du don d'organes et de tissus du CHUM, le Dr Pierre Aslanian considère son travail comme très valorisant, car il contribue à l'effort collectif de sauver des vies.

Intensiviste à l'Hôpital Saint-Luc et président du Comité du don d'organes et de tissus du CHUM, le Dr Pierre Aslanian considère son travail comme très valorisant, car il contribue à l'effort collectif de sauver des vies.

Crédit : Amélie Philibert.

En 5 secondes

La mort a changé de définition à travers le temps.

«Dans les années 50, l’arrêt définitif du cœur constituait le seul critère de la mort. Ce n’est plus le cas aujourd’hui», dit le Dr Pierre Aslanian, intensiviste à l’Hôpital Saint-Luc et président du Comité du don d’organes et de tissus du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). «Depuis l’introduction du concept de mort cérébrale, soit l’arrêt complet et définitif de toute activité du cerveau, par un comité de la Harvard Medical School en 1968, c’est l’état du cerveau qui fait pencher la balance.»

La peau du patient est rosée et chaude, son cœur bat, même son thorax se soulève à un rythme régulier, puisque sa respiration est maintenue artificiellement par un appareil et, pourtant, le patient est bel et bien mort. Pour confirmer la mort cérébrale, deux médecins indépendants de l’équipe de prélèvement et de transplantation ont reproduit divers tests cliniques selon un protocole bien défini. «D’abord, il faut connaître l’étiologie du dommage au cerveau, indique Pierre Aslanian. Sans la cause, on ne peut pas conclure à une mort cérébrale. Il faut aussi s’assurer qu’il n’y a aucun facteur confondant comme des sédatifs en circulation dans le sang au moment où l’on effectue les tests.»

Concrètement, pour évaluer l’état et l’évolution d’un patient, les médecins disposent d’échelles internationales standardisées, comme l’échelle de coma Glasgow et le protocole de diagnostic du décès neurologique (DDN) de Transplant Québec, grâce auxquelles on peut mesurer notamment la réponse motrice à la douleur et les réflexes du tronc cérébral, la partie inférieure du cerveau responsable de la conscience. L’absence de réflexe respiratoire est validée par un test d’apnée. En cas de doute ou s’il y a présence de facteurs confondants, le DDN doit être établi par un examen complémentaire, par exemple une angiographie cérébrale qui permet d’objectiver l’arrêt de la circulation sanguine encéphalique. Le diagnostic est sans équivoque. L’absence de circulation intracrânienne entraîne une destruction totale et irréversible du cerveau.

«La souffrance d’une famille ébranlée par la mort brutale d’un proche l’empêche souvent de comprendre ce qui se passe exactement, souligne le Dr Aslanian. Les médecins doivent bien expliquer que les organes sont maintenus en fonction de manière artificielle, mais que le patient ne peut pas se réveiller d’un décès neurologique. Son cerveau est mort!»

Toutes les semaines, l’intensiviste, qui possède 20 ans de pratique à l’unité des soins intensifs du centre hospitalier, est confronté à cette dure réalité. Cela est d’autant plus difficile que parfois le patient en état de mort cérébrale peut avoir des réflexes spinaux, mentionne le Dr Aslanian. «On le pince et il y a un mouvement, mais celui-ci n’est pas provoqué par le cerveau. Ce sont les nerfs périphériques reliés à la moelle épinière qui en sont responsables.» Le professeur de clinique de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal donne régulièrement à l’intention des infirmières et résidents en médecine du CHUM des ateliers sur ce qu’est la mort cérébrale. «Pour offrir l’option du don d’organes aux familles, il faut d’abord savoir reconnaître les donneurs potentiels, signale-t-il. Malheureusement, encore de nos jours, environ 20 % des donneurs potentiels ne le sont pas dans les hôpitaux du Québec.»

L’histoire de la mort

Longtemps on a déterminé la mort d’une personne par un acte rudimentaire. Le croquemort se contentait de mordre le gros orteil du défunt pour vérifier qu’il avait réellement trépassé. L’absence de réaction de sa part confirmait définitivement son état. Jusqu’aux années 50, les médecins tâtaient le pouls et cherchaient à voir si de la condensation se formait sur un miroir placé près de la bouche et du nez. La présence ou l’absence de battements du cœur décidait du classement définitif du patient du côté des morts ou des vivants. Puis, avec la venue de la ventilation mécanique qui maintient artificiellement la respiration, on commence à suspendre l’instant de la mort. En 1968, la mort cardiovasculaire cède la place au concept de mort cérébrale, soit «la perte irrémédiable de toutes les fonctions de l’ensemble du cerveau, du tronc cérébral et des deux hémisphères», comme la définit pour la première fois le comité de l’Université Harvard.

«Le premier article scientifique sur la question présenté à la communauté médicale a été publié dans une revue neurologique française en 1959. Les médecins y décrivaient le dommage cérébral important associé à un coma profond duquel les patients ne se réveillaient pas. C’est de cette publication qu’est né le concept de mort cérébrale que les experts de Harvard ont fait connaître internationalement», raconte le Dr Aslanian en précisant que cette époque correspond aussi aux débuts de la transplantation d’organes.

«La notion du décès neurologique a complètement changé notre rapport à la mort», estime le Dr Aslanian. Bien reçu et adopté par divers organismes à l’échelle de la planète, le DDN a néanmoins été contesté sans succès à plusieurs reprises devant les tribunaux américains. «Une commission présidentielle relative aux problèmes bioéthiques et aux aspects biomédicaux en recherche a voulu en 1981 légiférer pour une définition encore plus claire du DDN», rappelle l’intensiviste. En 1995, l’Académie américaine de neurologie constate pour sa part que beaucoup de médecins retiennent des critères différents et insiste pour standardiser les pratiques.

«Même si l’on reconnaît l’intérêt d’uniformiser les façons de faire, les politiques de déclaration de mort cérébrale varient non seulement d’un pays à l’autre, mais aussi d’un État à l’autre», note Pierre Aslanian. Au Canada, en France, en Angleterre et aux États-Unis, le DDN est fait conformément aux pratiques médicales reconnues. Mais il y a certaines nuances. Ainsi, en France, le recours à l’électroencéphalogramme ou à l’angiographie est obligatoire pour attester le caractère irréversible de l’arrêt des fonctions cérébrales. Chez nous et chez nos voisins du Sud, ces tests auxiliaires sont réalisés seulement en cas de doute ou lorsque l’examen clinique ne peut être effectué.

Et puis, il y a les exceptions comme le Japon, où il se pratique très peu de transplantations à partir de donneurs cadavériques. Car, dans l’empire du Soleil-Levant, un grand malaise persiste quant au concept de mort cérébrale.

La greffe hépatique à Saint-Luc se porte bien

À l’Hôpital Saint-Luc, un centre hospitalier de «maintenance et prélèvement d’organes», on effectue annuellement entre 60 et 70 transplantations hépatiques. Ce chiffre représente environ 60 % du volume de greffes de foie réalisées au Québec chez les adultes.