Un outil bientôt disponible pour prédire les déformations du dos

En 5 secondes

Les travaux de Stefan Parent ont été primés par la Scoliosis Research Society.

Les déformations de la colonne vertébrale, parfois très handicapantes, surviennent souvent dès l’enfance et progressent à un degré et à une vitesse malheureusement difficiles à prévoir.

Les travaux récents de l’équipe de Stefan Parent, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, ont récemment été primés par la Scoliosis Research Society. Ils permettront bientôt de créer un outil d’évaluation au moyen duquel les médecins seront en mesure d’évaluer si la croissance passée et à venir de la colonne d’un enfant est normale ou pathologique.

«Nos données pourront servir à bonifier les courbes de croissance dont se servent les pédiatres, qui seront ainsi aptes à dépister un développement anormal, explique le chirurgien-chercheur du CHU Sainte-Justine. Par ailleurs, après une intervention destinée à corriger une déformation de la colonne avec ou sans fusion des vertèbres, les cliniciens seront à même de valider si la colonne poursuit une croissance normale ou s’ils devraient envisager une autre intervention.»

Pour parvenir à ces résultats, l’équipe a utilisé des reconstructions de la colonne en 3D, ce qui a permis d’évaluer l’évolution normale de différents paramètres, dont la hauteur totale de la colonne, la dimension et la croissance des vertèbres, ainsi que les courbes naturelles de la colonne, comme la cyphose dans la région supérieure et la lordose dans la région inférieure.

Pour établir les valeurs normalisées, ils ont analysé les données recueillies auprès de 98 enfants de 3 à 11 ans ayant visité la clinique de scoliose du CHU Sainte-Justine au moins deux fois entre 2007 et 2014, et qui ne présentaient pas de symptômes de déformation de la colonne à en juger par leurs radiographies.

Le projet, nommé «Spinal Growth in Normal Children between 3 and 11 Years Old Using 3D Reconstruction: A Longitudinal Study», a été réalisé par Leonie Tremblay, Patrick Tohmé, Marjolaine Roy-Beaudry, Marie Beauséjour et Hubert Labelle, sous la supervision de Stefan Parent. Cette avancée a valu au scientifique et à son l’équipe le prix Louis A. Goldstein 2015 de la Scoliosis Research Society pour la meilleure affiche clinique.