Charles Richard-Hamelin en concert avec son professeur

Charles Richard-Hamelin

Charles Richard-Hamelin

Crédit : Elizabeth Delage

En 5 secondes

Charles Richard-Hamelin, un des pianistes majeurs de sa génération, se produira à l’Université de Montréal 16 mai, au cours d’une soirée-bénéfice.

Le pianiste Charles Richard-Hamelin, nouvelle étoile du monde musical classique, se produira en concert le 16 mai à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, aux côtés du professeur Jean Saulnier. Les deux joueront des œuvres pour deux pianos et piano à quatre mains. Le jeune prodige interprétera aussi en solo deux pièces de Chopin au cours de cette soirée-bénéfice.

Bien que diplômé de McGill, de Yale et du Conservatoire de musique de Montréal, Charles Richard-Hamelin travaille régulièrement avec Jean Saulnier,  de l’UdeM, depuis quelques années. Leur collaboration a été particulièrement assidue durant les 18 mois précédant le très prestigieux Concours international de piano Frédéric-Chopin qui s’est tenu à Varsovie en octobre dernier. À l’issue de ce concours, le pianiste de 27 ans a obtenu la médaille d’argent ainsi que le prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate.

«Nous avions tout particulièrement travaillé cette sonate, chaque mesure, et j’étais impatient de l’entendre jouer, d’entendre de quelle manière son inspiration allait se déployer dans un contexte de stress», témoigne M. Saulnier, qui a suivi l’automne passé la prestation de M. Richard-Hamelin en direct sur le web. Il savait que son étudiant s’était surpassé.

M. Saulnier est lui-même un musicien émérite qui mène de front une carrière de professeur réputé – il enseigne à la Faculté de musique depuis plus de 20 ans ‒ et d’interprète accompli, à la fois comme soliste et comme chambriste. Il a enregistré de nombreuses œuvres et remporté plusieurs prix, et il se produit sur tout le continent ainsi qu’en Europe. Mais sa vocation de pédagogue lui apporte un plaisir à nul autre pareil, et les rencontres hebdomadaires qu’il a eues avec Charles Richard-Hamelin en 2014 et 2015 figurent bien en haut dans la liste de ses joies.

«Nous avons tout discuté, Charles et moi : les questions de goût, d’esthétique, de projection et de communication, le phrasé, le jeu de pédales. Les partitions sont des signes, des codes et des chiffres, il nous appartient de les décoder. Elles renferment une infinité de possibilités et il faut aussi laisser la place à l’intuition et à l’invention de l’interprète. Le travail avec un étudiant, c’est de révéler une sensibilité, dit le pédagogue qui possède lui-même une solide expérience de la musique de Chopin. Le répertoire est exigeant. Charles et moi avons abondamment réfléchi et expérimenté. Ce fut très intense.»

«La musique de Chopin cultive le sous-entendu, le non-dit et évolue de ce fait dans un univers fait de poésie, de mystère et de rêve. Une interprétation valide doit permettre à l’auditeur de greffer son propre rêve sur celui que propose l’interprète. C’est un des défis qu’on a tenté de relever, Charles et moi», résume Jean Saulnier.

Il est aisé d’imaginer, en effet, que la préparation au Concours international de piano Frédéric-Chopin est accaparante. Il s’agit d’une des compétitions les plus importantes pour les jeunes musiciens classiques. Elle n’a lieu que tous les cinq ans. Par le passé, elle a notamment couronné Maurizio Pollini (1960), Martha Argerich (1965) et Krystian Zimerman (1975), contribuant de manière significative au rayonnement de leur formidable talent. Soulignons que Dang Thai Song, professeur invité à la Faculté de musique de l’UdeM, a remporté, en 1980, le premier Grand Prix avec médaille d’or du Concours Chopin.

Charles Richard-Hamelin est d’ailleurs grandement sollicité depuis son éclatant succès à Varsovie, ici comme à l’étranger. Mais c’est sans hésitation qu’il a accepté de participer au projet de concert de M. Saulnier, afin de récolter des fonds qui serviront à l’achat d’un piano Steinway de Hambourg.

«Le secteur piano de la faculté se porte très bien. Les étudiants viennent de  partout pour étudier à l’UdeM, nous avons des pianistes très réputés. Mais nos pianos de concert ont pris de l’âge et nous aimerions avoir ce qu’il y a de mieux. Je suis très heureux que Charles ait accepté d’associer sa nouvelle notoriété à notre belle cause. »

Programme de la soirée :

  • Gabriel Fauré, Pavane, op. 50pour piano à 4 mains
  • Gabriel Fauré, Suite Dolly, op. 56, pour piano à 4 mains
  • Franz Schubert, Fantaisie en fa mineur, op. 103, D. 940, pour piano à 4 mains
  • Frédéric Chopin, Polonaise-Fantaisie en la bémol majeur, op. 61, Introduction et Rondo en mi bémol majeur, op. 16, Charles Richard-Hamelin, piano
  • George Gershwin – Percy Grainger, Fantaisie sur des airs de l’opéra  Porgy and Bess, pour deux pianos

Le lundi 16 mai 2016, à 19 h 30
Salle Claude-Champagne
Université de Montréal
Nombre limité de places
Billets à compter de 250 $ (reçu d’impôt disponible)
Réservation : 514 343-6111, poste 1993

Jean Saulnier lors d’un cours de maître.

Crédit : Andrew Dobrowolskyj