Sylvana Côté obtient une chaire internationale de recherche en développement de l’enfant et santé publique

Sylvana Côté

Sylvana Côté

Crédit : Studios Magenta

En 5 secondes

La professeure de l‘ESPUM vient d’obtenir une chaire de recherche internationale pour son programme de recherche en développement de l’enfant et santé publique.

La professeure Sylvana Côté, de l‘École de santé publique de l’Université de Montréal, vient d’obtenir une nouvelle chaire de recherche internationale de l’Initiative d’excellence de l’Université de Bordeaux, en France, pour son programme de recherche en développement de l’enfant et santé publique.

«Des problèmes de santé qui se manifestent à 50 ans ont souvent des origines très précoces. Si on peut les étudier et les prévenir au tout début, on pourra trouver des interventions et des traitements plus efficaces, moins invasifs et positifs», explique la nouvelle titulaire.

Pour ce faire, la nouvelle chaire explorera à très grande échelle l’influence du contexte dans lequel un enfant voit le jour sur son parcours de vie et sa santé. La chercheuse espère ainsi briser le cycle de la transmission intergénérationnelle des problèmes, «car l’enfant hérite non seulement des gènes, mais de l’environnement dans lequel il naît», précise-t-elle. Si l’on en croit ses nombreux travaux menés avec le Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant, cet héritage peut avoir des conséquences importantes sur son développement, sur les plans tant biologique et psychologique que social.

C’est dans cette perspective biopsychosociale que l’équipe de Sylvana Côté analysera et comparera les études menées dans plusieurs pays comme le Danemark, l’Angleterre et le Canada, qui portent sur des dizaines de milliers de jeunes enfants, suivis de la conception jusqu’à l’âge adulte et même jusqu’à la génération suivante. Pour la première fois, ces données seront étudiées avec des méthodes similaires. «On a ici de véritables mines d’informations, s’enthousiasme la professeure Côté, notamment au sujet des retombées des services à la petite enfance sur le développement psychologique, mais aussi sur la performance scolaire et l’apparition de maladies non transmissibles comme l’asthme ou l’obésité.»

Un important volet international

Avec cette nouvelle chaire, Sylvana Côté, connue pour ses recherches sur la prévention des problèmes de santé mentale et physique durant l’enfance, ajoutera un important volet international à ses travaux. Son équipe de recherche, constituée de doctorants et de postdoctorants venus des quatre coins du monde, illustre bien la portée internationale de la chaire. Ils passeront la moitié de leur temps à Bordeaux, l’autre à Montréal, profitant ainsi d’environnements scientifiques complémentaires.

La chaire permet à l’UdeM et à son école de santé publique de nouer de nouvelles collaborations avec l’Université de Bordeaux et le Centre de recherche Inserm-Université de Bordeaux U1219 «Bordeaux population health», par des projets portant sur la création d’un laboratoire international associé, le développement des cotutelles de thèse et la création d’une école d’été à Bordeaux et à Montréal. «Les projets ne manquent pas, le temps peut-être», plaisante la chercheuse, qui a trois ans pour réaliser ses projets dans le cadre de sa chaire.