Radiothérapie palliative pour les cancers ORL : des bienfaits pour les patients

Une nouvelle étude démontre que la radiothérapie palliative pour les cancers avancés de la sphère ORL apporte un soulagement temporaire et une amélioration significative de la qualité de vie.

Une nouvelle étude démontre que la radiothérapie palliative pour les cancers avancés de la sphère ORL apporte un soulagement temporaire et une amélioration significative de la qualité de vie.

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Une nouvelle étude démontre que la radiothérapie palliative pour les cancers avancés de la sphère ORL apporte un soulagement temporaire et une amélioration significative de la qualité de vie.

Jusqu’à récemment, la radiothérapie palliative était rarement utilisée au Québec chez les patients atteints de cancers de la sphère ORL en phase avancée, les radio-oncologues pensant que la toxicité de ces traitements en surpassait les effets bénéfiques, ces derniers se révélant de courte durée.

Or, une nouvelle étude effectuée par le Dr Bernard Fortin, radio-oncologue au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et professeur adjoint de clinique à l’Université de Montréal, indique qu’avec l’avancement des techniques de radiothérapie de tels traitements pourraient être pertinents, bien tolérés par les patients et à même de soulager les problèmes liés au cancer, même si ce n’est que temporairement.

«Les techniques de radiothérapie ayant beaucoup évolué, nous arrivons à cibler de façon beaucoup plus précise les tissus malades et à éviter davantage les tissus sains, ce qui nous permet de proposer un soulagement temporaire aux effets secondaires très tolérables à des patients auxquels nous avions peu à offrir auparavant, déclare le Dr Fortin. Même si le cancer de ces patients est incurable, la radiothérapie peut apporter une amélioration significative de la qualité de vie.»

Les résultats de cette étude menée auprès de 32 patients de deux centres hospitaliers universitaires, dont Maisonneuve-Rosemont, viennent d’être publiés dans le prestigieux International Journal of Radiation Oncology, Biology, Physics. Les participants ont fait l’objet d’un suivi rigoureux visant à s’assurer que les traitements ne leur nuisaient pas. Au contraire, l’étude a démontré que ces traitements étaient bien tolérés et s’accompagnaient d’un recul des symptômes.

Ces résultats montrent que, même en médecine palliative, le recours à des techniques médicales avancées peut avoir une influence directe sur la qualité de vie. Considérant la très bonne tolérance des participants à ce régime de soins, les auteurs envisagent au cours d’une prochaine étude d’intensifier les traitements pour prolonger la durée du soulagement.

Ces travaux ont été subventionnés par une bourse de soutien professoral de l’Université de Montréal.

À propos du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS-Est) regroupe l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l'Hôpital Santa Cabrini, l'Institut Canadien-Polonais du Bien-Être et l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et de services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l'Île et Lucille-Teasdale. Affilié à l'Université de Montréal, le CIUSSS-Est conjugue les missions d'enseignement, d'évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé.

Ressources pour les médias