L'UdeM se souvient d'Elie Wiesel

L’UdeM a remis un doctorat honorifique à Elie Wiesel à l’occasion de la collation des grades du 28 mai 1999.

L’UdeM a remis un doctorat honorifique à Elie Wiesel à l’occasion de la collation des grades du 28 mai 1999.

Crédit : Bernard Lambert.

En 5 secondes

L’écrivain juif américain Elie Wiesel, Prix Nobel de la paix, s’est éteint à New York le 2 juillet. Il avait été honoré par l’Université de Montréal en 1999.

L’écrivain juif américain Elie Wiesel, qui s’est éteint à New York le 2 juillet, avait été honoré par l’Université de Montréal en 1999, à la cérémonie de collation des grades. L’Université lui avait alors remis un doctorat honoris causa.

À cette occasion, l’Université lui avait rendu le plus vibrant des hommages : «Elie Wiesel est devenu pour plusieurs la voix la plus importante témoignant de l’Holocauste, affrontant livre après livre la condition des juifs et des êtres humains post-Holocauste. Cette voix est d’autant plus importante pour la pensée et la théologie contemporaines que la Shoah constitue “un évènement qui fait éclater la cohérence de tout discours humain et du langage théologique en particulier”.»

Au cours de son allocution prononcée à cette cérémonie, Elie Wiesel avait déclaré : «J’appartiens à une tradition ancienne qui exalte la vertu de la reconnaissance. Nos sages anciens disent que, lorsque le Messie viendra, toutes les prières seront abolies, sauf celle de la gratitude.» Le célèbre écrivain avait cité Albert Camus en ces termes : «À la limite, nous devons savoir et toujours nous rappeler qu’il y a en l’homme plus à célébrer qu’à dénigrer», paroles tirées de son roman La peste.

Elie Wiesel, Prix Nobel de la paix, dont l’ouvrage La nuit est l'un des plus émouvants témoignages sur l'enfer des camps d'extermination nazis auxquels il a survécu, est mort à l'âge de 87 ans.