Des étudiantes nagent vers des médailles à Rio

De gauche à droite : Sandrine Mainville, Katerine Savard et Audrey Lacroix.

De gauche à droite : Sandrine Mainville, Katerine Savard et Audrey Lacroix.

Crédit : Natation Canada.

En 5 secondes

Six étudiants ou ex-étudiants de l’Université de Montréal prendront part aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil. Plusieurs d’entre eux aspirent à des médailles.

Six étudiants ou ex-étudiants de l’Université de Montréal prendront part aux Jeux olympiques de Rio, dont trois nageuses (Sandrine Mainville, Katerine Savard et Audrey Lacroix) et une plongeuse, Roseline Filion. Maximilien Van Haaster, nouvel étudiant au Département de nutrition, représentera le pays à l’escrime et Antoine Bouchard, qui a étudié la chimie à l’UdeM, participera aux épreuves de judo.

«Nous visons une médaille», lance avec assurance la nageuse Sandrine Mainville, qui s’élancera dans la piscine dès le 2 août pour l’épreuve du 4 × 100 m style libre. À quelques jours de son départ pour le Brésil, l’étudiante en droit s’entraîne plus de 30 heures par semaine afin d’être au sommet de sa forme lorsqu’elle se mesurera aux meilleures du monde.

Présentée par l’Équipe olympique canadienne comme «l’une des nageuses de relais les plus solides du Canada», Sandrine Mainville connaît une excellente séquence depuis un an. Elle a contribué de près aux succès du Canada aux derniers Jeux panaméricains, remportant deux médailles, dont l’or au relais 4 × 100 m style libre grâce à un temps record pour ces jeux. Elle a également été la première relayeuse du 4 × 100 m style libre à terminer au 5e rang des championnats du monde de 2015.

Elle est d’autant plus heureuse d’aller à Rio qu’elle a manqué de très peu sa qualification pour les Olympiques de 2012. «J’ai bien l’intention de ramener de beaux souvenirs», dit la jeune femme de 24 ans, qui pourrait être sur le bloc de départ du relais 4 × 100 m quatre nages, course prévue pour le dernier jour des compétitions. Une décision qui revient à son entraîneur, puisque les nageuses sont choisies au dernier moment.

Deuxième médaille olympique pour Roseline?

Lorsqu’elle sera sur le tremplin à Rio, Roseline Filion tentera d’obtenir autant de succès, sinon plus, qu’à ses derniers Jeux olympiques. Avec sa partenaire Meaghan Benfeito, l’étudiante du Département de communication avait gagné une médaille de bronze à la plateforme de 10 m synchro. En 2015 aux Jeux panaméricains, tenus à Toronto, le même duo a décroché l’or en synchro, en plus de terminer respectivement aux 3e et 2e rangs de l’épreuve individuelle.

Katerine Savard, étudiante en enseignement préscolaire et primaire, en est déjà à sa deuxième participation aux Olympiques. «Je ne réalise pas encore que je prends l’avion dans quelques jours, mais je sais que ça s’en vient. La fébrilité va se faire sentir de plus en plus, c’est certain», confie la jeune femme qui s’entraîne au centre Claude-Robillard, à Montréal. Triple médaillée des Jeux panaméricains de 2015, elle a obtenu la médaille de bronze au 100 m papillon et l’or au relais 4 × 100 m style libre en inscrivant un record des jeux avec son équipe. À Rio, elle aspire à une place sur le podium au 4 × 200 m libre.

Bien soutenue par les Carabins, équipe regroupant les athlètes d’excellence de l’Université de Montréal, Katerine Savard a poursuivi ses études universitaires durant l’année olympique. «Je souhaite devenir enseignante au primaire et j’ai beaucoup aimé mon stage dans une école montréalaise. Les enfants me motivent beaucoup, tant sur le plan sportif que sur le plan professionnel.»

La plus expérimentée des athlètes représentant le Canada à Rio, Audrey Lacroix a entamé sa carrière de nageuse d’élite aux championnats du monde de 2001 et en sera à ses troisièmes Jeux olympiques après Pékin en 2008 et Londres en 2012. La diplômée de l’UdeM en communication et science politique prendra part au 200 m papillon.

Escrime et judo

À l'approche des jeux, Maximilien Van Haaster est «très excité et surtout très motivé». Sa qualification olympique représente «le résultat de plusieurs années de travail acharné». L’étudiant en nutrition est né d’un père néerlandais et d’une mère chinoise. Il dit qu’il a hérité d’eux «la constitution d’un géant néerlandais et la capacité de concentration d’un moine chinois». Le fait saillant de sa carrière est survenu en 2013, lorsqu’il a remporté la médaille de bronze à l’épreuve individuelle de fleuret aux championnats panaméricains. C’est son intérêt pour la nutrition sportive qui l’a poussé à s’inscrire au Département de nutrition de l’UdeM.

Quant à Antoine Bouchard, ancien étudiant du Département de chimie de l’Université de Montréal, il participera aux compétitions de judo. Il a pour modèle le judoka Nicolas Gill, qui est aussi son entraîneur. Double médaillé olympique (bronze en 1992 et argent en 2000), Nicolas Gill a également étudié à l’UdeM.