« Tunnel azur » : une œuvre créée par Robert Normandeau pour les 50 ans du métro

Crédit : Alain Taquet.

En 5 secondes

Le professeur Robert Normandeau présentera le jeudi 11 août l'oeuvre électroacoustique qu'il a composée, à la demande de la STM et de l'OSM, pour souligner les 50 ans du métro de Montréal.

Pour souligner les 50 ans du métro de Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) et l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) ont demandé au professeur Robert Normandeau de composer une œuvre électroacoustique. Pour cette création originale, le professeur Normandeau a infiltré les coulisses de la STM pour capter les sons caractéristiques bien connus des utilisateurs du métro montréalais, comme on peut le voir dans cette vidéo publiée sur la page Facebook de la STM.

Jeudi, le 11 août à 18 h 30, le grand public est invité à venir vivre une expérience sonore unique sur le parterre du Quartier des spectacles, alors qu’il pourra entendre en grande première ce que les sons du métro ont inspiré à Robert Normandeau. La soirée sera animée par France Beaudoin, qui questionnera le professeur de musique de l’UdeM sur son processus créatif.

Professeur de composition électroacoustique à la Faculté de musique de l’UdeM depuis 1999, Robert Normandeau a obtenu un baccalauréat en composition de l'Université Laval en 1984,  pour ensuite s'installer à Montréal où il obtient une maîtrise (1988) et le premier doctorat (1992) en composition électroacoustique de l’UdeM, sous la direction de Marcelle Deschênes et de Francis Dhomont. Il est aujourd’hui un compositeur reconnu nationalement et internationalement. Au Canada, ses œuvres ont été présentées à Montréal et Québec, mais aussi à Calgary, Toronto, Vancouver et Victoria. Ses musiques ont été jouées à plus d'une centaine de reprises autant en Europe, qu'en Amérique du Sud, aux États-Unis, en Australie, en Chine et en Nouvelle-Zélande. Il écrit également des musiques pour la scène, notamment pour le théâtre et la danse.

Pour plus d’information au sujet de la soirée, consulter le site La virée classique de l’OSM.