Asthme chez les enfants : l’âge n’est pas un facteur à l’échec du traitement standard

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Une étude menée par la Dre Ducharme confirme que ce n’est pas l’âge des enfants, mais la présence d’une infection virale déclenchant une crise d’asthme qui explique le plus haut taux d’hospitalisation

Les résultats d’une étude menée par la Dre Francine M. Ducharme, professeure aux départements de pédiatrie et de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal, publiés dans le journal médical The Lancet Respiratory Medicine confirment que ce n’est pas l’âge des enfants mais bien la présence d’une infection respiratoire déclenchant la crise qui explique le plus haut taux d’hospitalisations pour des crises d’asthme chez l’enfant de moins de six ans.

Rappelons que la prise en charge des crises d’asthme chez les enfants d’âge préscolaire a récemment fait l’objet d’un débat important. En effet, les résultats d’une étude publiée en 2009 avaient ébranlé le milieu pédiatrique. Cette étude indiquait que lors de crises d’asthme déclenchées par une infection virale, les enfants d’âge préscolaire ne répondaient pas au traitement standard et suggérait que cela était en raison de leur jeune âge. Cette découverte était particulièrement inquiétante puisque la majorité des visites à l’urgence et des hospitalisations liées à l’asthme concernent les enfants d’âge préscolaire.

Les résultats de la recherche de la Dre Ducharme et de son équipe démontrent plutôt que l’âge n’entre pas en ligne de compte. Outre la gravité de la crise et des symptômes entre les crises qui étaient attendus, c’est plutôt la présence d’une infection respiratoire virale ou d’une fièvre déclenchant la crise qui est plus souvent associée à un échec du traitement, c’est-à-dire un plus haut taux d’hospitalisations, plus de retours à l’urgence et une récupération plus lente au cours des 10 jours suivant la crise. La présence d’un virus est plus fréquente chez les enfants asthmatiques de moins de six ans (67 %) que chez les plus vieux (46 %). Malgré tout, les résultats confirment la grande efficacité du traitement standard, lorsqu’il est adapté selon la gravité de la crise évaluée par le score clinique PRAM et administré de façon précoce chez la vaste majorité des enfants, et ce, peu importe leur âge et la présence d’une infection.

«Alors que la rentrée scolaire est à nos portes et que septembre constitue le mois de l’année où le nombre de visites à l’urgence pour des crises d’asthme est le plus grand, c’est une excellente nouvelle pour les parents de savoir que le traitement standard fonctionne bien pour la majorité des enfants, quel que soit leur âge», souligne la Dre Ducharme, qui occupe aussi le poste de directrice adjointe de la recherche clinique et du transfert des connaissances au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

Les résultats de cette étude ouvrent maintenant la porte à l’exploration de meilleures façons de prévenir les crises d’asthme déclenchées par les infections virales chez les jeunes enfants asthmatiques.

À propos de l’étude

L’étude a été réalisée entre le 14 février 2011 et le 20 décembre 2013 auprès de 973 participants. Alors qu’on attendait un taux d’échec de près de 40 %  chez ce groupe d’enfants ayant une crise de modérée à grave, seulement 17 % des participants n’ont pas répondu au traitement standard. Ce taux était significativement plus élevé (19 %) chez les enfants atteints d’une infection virale que chez les enfants non infectés (13 %). L’étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada. L’article complet a été publié dans The Lancet.

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l'Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d'avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 200 chercheurs, dont plus de 90 cliniciens, ainsi que 360 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord. 

Ressources pour les médias