Conception universelle de l’apprentissage: pour une pédagogie plus inclusive

  • Forum
  • Le 1 septembre 2016

  • Martin LaSalle
La conception universelle de l’apprentissage est le design proactif des cours par lequel on fait appel aux «rampes d’apprentissage» comme stratégie pédagogique pour rendre accessible la matière, peu importe le style d’apprentissage des étudiants.

La conception universelle de l’apprentissage est le design proactif des cours par lequel on fait appel aux «rampes d’apprentissage» comme stratégie pédagogique pour rendre accessible la matière, peu importe le style d’apprentissage des étudiants.

En 5 secondes

L’UdeM vise à implanter graduellement la conception universelle de l’apprentissage, une stratégie pédagogique pour rendre la matière accessible peu importe le style d’apprentissage des étudiants.

Vous discutez avec vos étudiants au début du cours et vous vous rendez compte que bon nombre d’entre eux n’ont pas effectué les lectures préparatoires que vous leur aviez suggérées. Peut-être certains sont-ils surchargés, d’autres désorganisés ou peu interpellés par la matière. Et si vous tentiez de mieux contextualiser l’importance de ces lectures?

«Lorsque les professeurs et chargés de cours constatent des problématiques en classe, ils doivent non seulement être en mesure de les nommer clairement, mais aussi se poser les bonnes questions afin de présenter un contenu qui est accessible à l’ensemble des étudiants, qui ont chacun leur propre façon d’apprendre», indique Véronique Besançon, conseillère pédagogique aux Services de soutien à l’enseignement de l’Université de Montréal.

Celle qui présentait récemment un atelier sur la conception universelle de l’apprentissage (CUA) devant un groupe d’enseignants a donné plusieurs exemples pouvant contribuer à mettre en place un environnement scolaire plus favorable à l’inclusion de la diversité étudiante sous toutes ses formes – une mission que l’UdeM prend à cœur.

Il n’y a pas d’apprenant «typique»

Chacun possède sa façon d’apprendre, caractérisée par sa perception de l’information, ses habiletés et processus cognitifs, et chacun appréhende différemment les situations dans lesquelles on est appelé à apprendre.

Certes, le nombre d’étudiants ayant des besoins particuliers est en augmentation constante depuis plus d’une décennie, mais la CUA concerne aussi bien les handicaps individuels que ceux découlant des situations ou environnements d’apprentissage.

En fait, le concept repose sur trois lignes directrices ou approches : diversifier les moyens de représentation (visuel, auditif, etc.) pour respecter le mode de perception de chacun; proposer plusieurs moyens d’action et d’expression aux apprenants; et leur offrir différentes formes d’engagement en multipliant les possibilités d’éveiller l’intérêt et de soutenir l’effort et la persévérance.

«La conception universelle de l’apprentissage est le design proactif des cours, précise Véronique Besançon. Elle propose d’utiliser les «rampes cognitives» comme stratégie pédagogique pour s’assurer que la matière est accessible peu importe le style d’apprentissage et les capacités physiques et sensorielles des étudiants, et ce, sans pour autant niveler l’enseignement par le bas, puisque l’objectif consiste à adapter les méthodes et les défis pédagogiques aux habiletés de chacun dans un souci d’équité pour atteindre les mêmes objectifs.»

Appliquer les principes de la CUA

Pour déployer des stratégies pédagogiques intégrant les principes de la CUA, il est souhaitable de mieux connaître ses étudiants, dans la mesure du possible : il est évidemment plus aisé de le faire auprès d’un groupe plus petit que dans une salle de 200 étudiants…

N’empêche, on peut par exemple sonder ses étudiants avant le premier cours ou en début de trimestre par le biais d’un sondage sur StudiUM pour connaître leurs motivations à suivre son cours, déterminer leur connaissance ou méconnaissance du domaine, découvrir leurs attentes ou leurs appréhensions. Il sera ainsi déjà possible de cibler les éléments à privilégier pour établir une approche pédagogique à la fois plus inclusive et équitable.

Une autre façon de cerner la manière d’apprendre de ses étudiants consiste à obtenir une rétro-information périodique sur les connaissances en cours d’acquisition par l’entremise de courts questionnaires au début du cours, de sondages pendant le cours et d’évaluations formatives.

«Appliquer la CUA ne requiert pas plus de travail pour les enseignants, au contraire : ils gagnent du temps en planifiant leur enseignement; en s’adressant à l’ensemble des étudiants, ils évitent des barrières, ce qui vise à diminuer le nombre d’accommodements individuels à gérer par la suite», insiste Véronique Besançon.

Et, contrairement à ce qu’on peut être tenté de penser, la conception universelle de l’apprentissage ne requiert pas de tout changer d’un coup. «Plusieurs approches pédagogiques associées à la CUA sont déjà utilisées par les enseignants; la CUA apporte un cadre de référence, qu’on intègre dans son enseignement au fur et à mesure des besoins et des contraintes, tout au long de sa carrière avec cette passion toujours renouvelée de s’améliorer en tant qu’enseignant», conclut-elle.

Pour en savoir plus sur la conception universelle de l’apprentissage :