Faculté de médecine vétérinaire: une réforme pédagogique se démarque

  • Forum
  • Le 15 septembre 2016

  • Mathieu-Robert Sauvé
De gauche à droite, Éric Allard, adjoint au vice-doyen aux affaires étudiantes et études de premier cycle à la Faculté de médecine vétérinaire; Mathieu Dobchies, conseiller en communication; Louise St-Germain, responsable de formation clinique; Serge Messier, vice-doyen aux affaires étudiantes et études de premier cycle; Nadine Dupuis, technicienne en administration, et André Laflamme, conseiller pédagogique.

De gauche à droite, Éric Allard, adjoint au vice-doyen aux affaires étudiantes et études de premier cycle à la Faculté de médecine vétérinaire; Mathieu Dobchies, conseiller en communication; Louise St-Germain, responsable de formation clinique; Serge Messier, vice-doyen aux affaires étudiantes et études de premier cycle; Nadine Dupuis, technicienne en administration, et André Laflamme, conseiller pédagogique.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

La réforme de l’enseignement au doctorat en médecine vétérinaire mérite le prix d'excellence en innovation pédagogique.

La réforme de l’enseignement au doctorat en médecine vétérinaire, désormais axé sur les compétences, est saluée par l’un des deux prix d’excellence pour l’innovation 2016 de l’Université de Montréal. Communiquer; gérer les ressources; agir avec professionnalisme; intégrer la démarche scientifique; évaluer l’animal et établir un diagnostic; soigner et traiter; promouvoir la santé animale et la santé humaine : voilà les sept compétences visées par le nouveau programme, qui produira ses premiers finissants en 2019. «C’est un virage pédagogique majeur qui nous place à l’avant-garde de l’enseignement vétérinaire au Canada», résumait en 2014 la Dre Michèle Doucet, vice-doyenne responsable de ce projet.

Pour la Faculté de médecine vétérinaire, c’est un long processus qui a mobilisé le personnel pendant plusieurs années, puisque la demande de rendre compte de la compétence des finissants en tant qu’exigence d’agrément de la faculté remonte à un congrès de l’American Association of American Veterinary Medical Colleges en 2008. Prenant le milieu par surprise, l’organisme d’agrément avait alors lancé un appel général à la réforme des écoles vétérinaires d’Amérique du Nord. En 2012, au cours de leur visite à Saint-Hyacinthe, les évaluateurs ont louangé le travail de l’Université de Montréal. «Votre nouveau programme est très innovateur et devrait servir d’exemple aux autres établissements nord-américains», avait affirmé l’un d’eux, le DDavid E. Granstrom.  

Cette nouvelle approche marque un important changement de paradigme dans l’enseignement de la médecine vétérinaire. Fini le temps où les matières étaient enseignées de façon indépendante l’une de l’autre, avec des maîtres transmettant leur savoir devant des salles silencieuses. Désormais, les professeurs sont des «guides» pour les étudiants, qui deviennent plus autonomes dans leur apprentissage.