Violence au travail : plus souvent dénoncée par les femmes

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Le professeur de criminologie Stéphane Guay publie une étude démontrant que les femmes sont plus nombreuses à rapporter des actes de violence au travail.

Les femmes sont plus enclines que les hommes à rapporter à leur employeur des actes de violence subis sur leur lieu de travail, selon une étude menée à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal). «Rapporter un acte de violence en milieu de travail est essentiel afin que l’employeur puisse prendre les mesures préventives nécessaires», déclare Stéphane Guay, auteur principal de l’étude, directeur du Centre d’étude sur le trauma de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeur de criminologie à l’UdeM. «Jusqu’alors, il existait peu de données sur le profil des personnes qui rapportent ce type de gestes au travail», ajoute le chercheur.

Les objectifs de cette étude visaient d’une part à désigner les facteurs qui incitent les travailleurs à signaler des actes de violence graves à l'employeur et d’autre part à déterminer s’il existe des différences entre les hommes et les femmes victimes de tels gestes quant à la question de révéler ou non la violence subie à l’employeur.

Lire la suite du communiqué sur le site web du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.