Ahlem Ammar: une humaniste de l’enseignement

  • Forum
  • Le 15 septembre 2016

  • Dominique Nancy
Ahlem Ammar

Ahlem Ammar

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

La professeure Ahlem Ammar, du Département de didactique, reçoit le Prix d’excellence en enseignement 2016 dans la catégorie Encadrement aux cycles supérieurs.

«Ce qui fait de Mme Ammar une enseignante et une directrice d’exception, c’est le fait qu’elle se consacre à la réussite de chacun de ses étudiants avec une disponibilité et une générosité qui semblent sans limites. Cela nous motive à nous surpasser.» Ce témoignage d’une étudiante à la maîtrise du Département de didactique en dit long sur les qualités humaines d’Ahlem Ammar.

Professeure à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal depuis 2005, Mme Ammar est une pédagogue qui se démarque tant sur le plan de l’enseignement que sur celui de l’encadrement des étudiants, estime la doyenne de la faculté, Louise Poirier. Elle souligne dans le dossier de candidature de Mme Ammar «la vision et l’approche humaniste de l’enseignement» de la professeure. Le directeur du département, Marc-André Éthier, signale pour sa part le nombre important d’étudiants qu’elle a supervisés. En 11 ans, Mme Ammar a dirigé ou codirigé 24 projets de recherche, dont 9 thèses de doctorat. «La majorité de ceux et celles qui ont bénéficié de son soutien ont obtenu des bourses prestigieuses, des prix majeurs et des postes de professeurs», écrit-il. Aucun d’entre eux n’a échoué ou même abandonné ses études. Son secret? Sous sa direction, les sentiments d’inefficacité et de solitude, deux des principales menaces à la réussite, sont sous haute surveillance. Un plan d’études, dans lequel les tâches à accomplir sont clairement définies et subdivisées afin de les rendre le plus accessibles possible, est élaboré avec chaque étudiant. Une rétroaction régulière et une participation à différents projets de recherche et d’enseignement leur permettent de développer leur compétence comme chercheurs.

Marc-André Éthier vante également le dynamisme de la professeure en matière d’intégration des étudiants étrangers ou allophones, pour qui le soutien de leur directrice d’études a été nécessaire pour s’adapter et s’intégrer à un groupe de recherche. «Ce même souci, note M. Éthier, transparaît dans l’énergie qu’elle consacre aux jurys auxquels elle siège et dont le très grand nombre montre combien ses collègues apprécient son travail.»