Enseigner sans perdre les pédales!

Nathalie Boucher, chargée de cours de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage

Nathalie Boucher, chargée de cours de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Une nouvelle chargée de cours à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement

Partie dans le nord du Vermont pour 14 jours avec son conjoint et sa fille de deux ans et demi, Nathalie Boucher a parcouru 700 km à vélo cet été. La nouvelle chargée de cours de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement est revenue… très reposée! «Une journée de vélo représente pour moi au moins trois jours de vacances, dit-elle. Je suis donc prête pour entamer la session d’automne.»

Mme Boucher est une habituée des expéditions à vélo. Depuis 2008, elle a sillonné l’Irlande, l’Australie, l’Angleterre et la côte Ouest américaine en plus du Québec. Au total, plus de 25 000 km d’aventure! Âgée de 39 ans, cette adepte de plein air – elle fait aussi du camping et pratique des sports nautiques dont le kayak sur le fleuve Saint-Laurent – a de l’énergie à revendre. Mais il n’y a pas que l’activité physique qui lui procure de grandes émotions. Enseigner est pour elle riche en satisfactions. «Le vélo offre l’occasion de voir du pays dans une perspective différente, alors que l’enseignement me permet de partager toutes les connaissances accumulées au fil de mes études. Enseigner oblige à réfléchir sur ses acquis et le retour des étudiants est stimulant.»

Depuis son doctorat en études urbaines mené à l’Institut national de la recherche scientifique, cette diplômée en anthropologie de l’UdeM (baccalauréat) s’intéresse aux espaces publics pour tenter d’approfondir la compréhension du phénomène. Sa thèse, déposée en 2012, a porté sur les parcs de Los Angeles et leurs utilisations comme lieux de socialisation.

Le jour précédant l’entrevue avec Forum, Mme Boucher avait donné son premier cours de la session. Nerveuse? «Pas du tout. J’adore enseigner!» affirme celle qui a suivi des ateliers offerts aux nouveaux professeurs et chargés de cours par les Services de soutien à l’enseignement de l’UdeM. Nathalie Boucher aurait néanmoins pu perdre les pédales, puisqu’elle donne pour la première fois le cours Collectivités viables, un cours optionnel du baccalauréat en urbanisme. «La préparation d’un nouveau cours exige beaucoup de travail, admet-elle. Mais, heureusement, tout le monde à la Faculté de l'aménagement, professeurs et personnel, est très collaboratif et les étudiants sont curieux et informés.»

Les étudiants de ce cours auront l’occasion de sortir et d’observer la ville et ses parcs de même que les alentours de la station de métro Rosemont afin de découvrir les condos, commerces et services de ce secteur en réaménagement et ainsi de mieux réfléchir sur le concept de quartier viable. Les questions du transport pétrolier et de la gestion de l’eau et de son accessibilité seront également abordées dans ce cours axé sur le développement durable.