Deux étudiants de l’UdeM lauréats de prix de l’Acfas

En 5 secondes

Deux étudiants de l’Université de Montréal gagnent deux des prix de l’Acfas 2016.

Les étudiants Jonathan Gagné et Elsa Guyot ont remporté un prix de l'Association francophone pour le savoir-Acfas, qui souligne leurs contributions exceptionnelles à la recherche.

Jonathan Gagné, postdoctorant à la Carnegie Institution for Science, à Washington, a gagné le prix d’excellence de l’Acfas dans la catégorie Sciences naturelles et génie, remis par l'Association des doyens des études supérieures au Québec.

À droite, Jonathan Gagné, lauréat du Prix d'excellence ADÉSAQ - Sciences naturelles et génie.

C’est en faisant un stage de recherche sur les naines brunes, des objets astronomiques analogues à Jupiter, que le lauréat a commencé à s’intéresser à l’astrophysique. Ensuite, M. Gagné a fait son doctorat au sein de l’Institut de recherche sur les exoplanètes de l’Université de Montréal, sous la direction de David Lafrenière et de René Doyon. Aujourd’hui, il cherche à localiser des objets isolés dans l’espace et dont la masse est suffisamment faible pour être comparable à celle des exoplanètes géantes gazeuses. L’étude de l’atmosphère de ces objets encore peu connus permet aux chercheurs de mieux comprendre les procédés physiques en jeu chez ces cousines de Jupiter.

Elsa Guyot a remporté le prix de la thèse en cotutelle France-Québec de l’Acfas. Spécialisée en art médiéval et en muséologie, Mme Guyot est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal et du Centre d’études médiévales de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

À gauche, Christine Bernier, professeure au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques, reçoit le prix au nom de l'étudiante Elsa Guyot, dont elle est la codirectrice de thèse.

Le parcours d’Elsa Guyot se caractérise par de multiples expériences professionnelles dans des établissements muséaux tant au Québec (Musée des beaux-arts de Montréal) qu’en France (Musée municipal de Gannat). C’est d’ailleurs lors d’un séjour d’études à l’UdeM qu’elle développe un vif intérêt pour les collections d’art médiéval au Canada et, en particulier, pour la perception du Moyen Âge de ce côté de l’Atlantique. Elle choisit alors de mener sa thèse en cotutelle. Proposant une analyse inédite d’un corpus d’expositions tenues dans des musées québécois sur le thème du Moyen Âge, ses recherches ont permis d’apporter un éclairage nouveau sur l’histoire sociale, culturelle et muséale du Québec.