Une étudiante de l’UdeM remporte le Marathon de Montréal

Arianne Raby savoure sa victoire au terme du Marathon de Montréal.

Arianne Raby savoure sa victoire au terme du Marathon de Montréal.

En 5 secondes

À sa première participation à un marathon, l’étudiante Arianne Raby a remporté le Marathon de Montréal de 2016.

Au terme d’une course de 2 h 48 min 55 s, Arianne Raby a remporté le Marathon de Montréal chez les femmes le 25 septembre. Fait exceptionnel, elle prenait part pour la première fois de sa vie à une épreuve de 42,2 km. «Je savais que j’avais des chances, car j’avais réussi un bon temps à une sortie de 30 km trois semaines plus tôt à Boucherville. J’ai gardé mon rythme et terminé en première place. Je suis très heureuse», déclare l’étudiante à la maîtrise en kinésiologie de l’Université de Montréal.

Premier marathon peut-être, mais pas première course pour cette athlète qui s’est fait remarquer dès l’âge de six ans lorsqu’elle survolait le terrain de soccer dans sa ville natale, Repentigny. Sélectionnée pour jouer dans l’équipe d’élite, elle a progressé en goûtant à différents sports. Ce sont les épreuves d’athlétisme qui l’attireront le plus. «J’ai découvert la course de fond à l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur, puis j’ai fait partie d’un groupe de coureurs au cégep à L’Assomption. Mes distances favorites étaient le 800 m et le 1500 m.»

Ses résultats sportifs lui ont permis d’obtenir une bourse qui lui a ouvert les portes de l’Université de l’Indiana, aux États-Unis, où elle a fait un programme d’études en sciences de l’exercice physique et suivi une formation sur l’entraînement.

Faisant bonne figure sur les bancs d’école et sur les pistes, elle obtient des premières places au 1000 m (elle détient toujours le record à l’Université de l’Indiana) et se qualifie pour plusieurs compétitions d’envergure. En 2015, elle s’illustre en gagnant le Demi-marathon d’Ottawa chez les femmes en 1 h 18 min. «C’est à partir de ce moment que je me suis dit que je pourrais tenter ma chance au Marathon de Montréal», confie-t-elle.

Ce résultat exceptionnel modifie-t-il sa trajectoire professionnelle? «C’est un résultat qui m’influence, bien entendu. Je vais prendre part à d’autres marathons et je vais adapter mon entraînement avec mon entraîneur, Claude David. Mais je tiens à progresser aussi dans la discipline que j’ai choisi d’étudier, la kinésiologie.»

Son objectif professionnel est d’ouvrir un centre de kinésiologie capable d’offrir des conseils non seulement aux athlètes de haut niveau, mais à toute personne intéressée par l’activité physique. Affirmant courir d’abord par plaisir, Arianne Raby ne veut pas mettre de côté les causes qui lui tiennent à cœur. Elle a été conseillère au club de course Les aspirants, de Repentigny, pendant cinq ans. Une expérience qu’elle veut maintenant partager avec les coureurs de l’Université de Montréal.

Trois entreprises soutiennent la jeune femme dans son parcours : les chaussures Skechers, les boissons énergétiques Brix et les barres d’énergie Kronobar. Elle est aussi ambassadrice de la société de vêtements pour la course et le yoga Lululemon.