Deux nouvelles applications mobiles pour la gestion du stress et de l'humeur

L'application mobile PsyAssistance sert à gérer les troubles de l'humeur.

L'application mobile PsyAssistance sert à gérer les troubles de l'humeur.

Crédit : Institut universitaire en santé mentale de Montréal

En 5 secondes

Conçues par des chercheurs en santé mentale, l’application iSMART sert à la prévention du stress chronique et l'application PsyAssistance permet de gérer les troubles de l'humeur, comme la dépression.

Le public a désormais accès à deux nouvelles applications mobiles vouées à la prévention du stress chronique et à la gestion de l’humeur conçues et validées scientifiquement par des chercheurs de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l'Est-de-l’Île-de-Montréal), de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

L’application iSMART permet aux gens de mieux comprendre les mécanismes de réactivité au stress et d’apprendre à mieux le gérer pour prévenir le stress chronique. Tandis que PsyAssistance est un gestionnaire d’humeur au quotidien et en période de crise. Il permet à l’utilisateur qui se sent déprimé d’accéder à un répertoire de ressources, de tenir un journal de l’humeur, d’effectuer des exercices pour améliorer son bien-être et d’établir un plan de sécurité en cas de crise. Il existe déjà des applications mobiles ailleurs dans le monde touchant de près ou de loin au stress et à la gestion de l’humeur. Or, la plupart n’ont pas été validées empiriquement, se limitant à donner quelques conseils généraux ou à proposer des évaluations sans valeur scientifique.

« Le stress peut mener à des problèmes de santé physique comme le diabète et l’hypertension ou encore favoriser le développement de problèmes de santé mentale. iSMART met en application les dernières connaissances en science du stress pour vous aider à détecter et contrôler les stresseurs chroniques de votre quotidien et éviter les impacts négatifs qui y sont associés » explique Pierrich Plusquellec, chercheur à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeur agrégé à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal. « Concrètement, iSMART vous demandera pendant un mois, à intervalles réguliers, d’évaluer votre niveau de stress, gardera en mémoire votre réponse, détectera la chronicité de votre niveau de stress et vous proposera les solutions adaptées à votre situation » explique Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain et professeure titulaire au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal.

« Le PsyAssistance est basé sur les principes de la thérapie comportementale et cognitive qui repose entre autres sur des mécanismes d’apprentissage » explique Réal Labelle, chercheur à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeur au Département de psychologie de l’UQAM. En fait, le PsyAssistance se présente comme un outil numérique de pointe en constante évolution qui informe, outille et protège la personne qui se sent déprimée ou qui vit une crise. Selon Réal Labelle, « le PsyAssistance ne se substitue pas aux professionnels de la santé. Il constitue un moyen pour aider la personne à faire le point sur elle-même et à garder le cap vers un mieux-être. Dans certains cas, l’application peut être utilisée en même temps qu’un traitement professionnel ».

Ces applications ont été développées grâce au soutien financier de la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et à un don de l’initiative Bell cause pour la cause. « Bell est fière d’être associée à ces deux nouvelles applications mobiles qui contribueront à la prévention de la maladie mentale, » déclare Marie-Josée Boivin, vice-présidente aux ressources humaines chez Bell. « Après le succès de +Fort, une application visant à soutenir les victimes d'intimidation, on constate que ces applications contribuent concrètement à éviter que les utilisateurs développent une maladie mentale.»

« Responsabiliser la personne, favoriser son autonomie, la soutenir dans ses choix… tels sont les rôles que se donnent aujourd’hui les équipes cliniques en santé mentale, » affirme Yvan Gendron, Président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. « Les applications qui sont présentées aujourd’hui s’inscrivent dans cette optique, celle de prévenir la maladie mentale et de favoriser la pleine participation des personnes à leur bien-être.»

À propos du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS-Est) regroupe l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l'Hôpital Santa Cabrini, l'Institut Canadien-Polonais du Bien-Être et l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et de services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l'Île et Lucille-Teasdale. Affilié à l'Université de Montréal, le CIUSSS-Est conjugue les missions d'enseignement, d'évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé.

Ressources pour les médias

  • Catherine Dion
    Institut universitaire en santé mentale de Montréal
    Tél: 514 251-4000 p. 2986
  • Julie Gazaille
    Université de Montréal
    Tél: 514 343-6796