Prix Canada Gairdner : sommité mondiale en conférence à l’UdeM

Dre Emmanuelle Charpentier

Dre Emmanuelle Charpentier

Crédit : Max Planck-Gesellschaft

En 5 secondes

La Dre Emmanuelle Charpentier, qui a contribué à la mise au point d'une technique révolutionnaire permettant de modifier les séquences d’ADN, sera en conférence à la Faculté de médecine le 26 octobre.

La Faculté de médecine de l’Université de Montréal invite les médias à assister à la conférence «The Transformative Genome Engineering CRISPR‐Cas9 Technology: Mechanism, Evolution & Applications », de la Dre Emmanuelle Charpentier, chercheuse de réputation internationale et récipiendaire d’un prix Canada Gairdner en 2016.

Lieu :     Pavillon Jean-Coutu, salle S1-151            
Université de Montréal, 2940, chemin de Polytechnique

Date :    Mardi 25 octobre 2016 à 15 h 30

Dre Emmanuelle Charpentier, directrice de l’Institut Max Planck de biologie des infections de Berlin et professeure à l’Université d'Umeå en Suède, est récipiendaire du prestigieux Prix Canada Gairdner 2016. Cette reconnaissance lui a été attribuée « pour le développement de CRISPR-Cas comme outil d'édition génomique pour les cellules eucaryotes ».

Dre Charpentier a ainsi contribué à la mise au point d'une technique révolutionnaire permettant de modifier les séquences d’ADN du code génétique qui est à la base du fonctionnement de chaque organisme vivant. Le code génétique est composé de séquences d’ADN contenant l’information requise pour la formation et le bon fonctionnement des organismes vivants. Les séquences d’ADN peuvent être comparées aux séquences de lettres de l’alphabet formant des mots. La technologie développée par Dre Charpentier permet d’éditer le code génétique des cellules à l’image d’un traitement de texte qui change les lettres à l'intérieur d'un mot. Elle est basée sur l’utilisation de l’enzyme nommée Cas9 qui a la capacité de couper l’ADN. Cette enzyme est guidée de façon spécifique et précise par un fragment d’acide ribonucléique (ARN) reconnaissant l’ADN cible à modifier. Les applications de cette innovation de génétique moléculaire ont une grande portée dans le domaine de la santé. Cet outil d’ingénierie génétique permet aux chercheurs d’effectuer de la thérapie génique en modifiant les séquences génétiques déficientes. Cela pourrait permettre d'éradiquer plusieurs maladies humaines telles que le cancer, la fibrose kystique et l’Alzheimer.

Ressources pour les médias

  • Louis Tremblay
    Faculté de médecine
    Tél: 514 343-6111 poste 3048