Les fantômes vous volent-ils de l’électricité?

  • Forum
  • Le 28 octobre 2016

  • Mathieu-Robert Sauvé
Les «charges fantômes» représentent 5 à 10 % de la facture d’électricité des foyers québécois et pourraient correspondre à la consommation d’appareils électriques inutilisés.

Les «charges fantômes» représentent 5 à 10 % de la facture d’électricité des foyers québécois et pourraient correspondre à la consommation d’appareils électriques inutilisés.

Crédit : Benoît Gougeon

En 5 secondes

Les abonnés d’Hydro-Québec sont invités à diminuer les coûts liés aux appareils en mode Veille. Le physicien Richard Leonelli commente cette chasse aux fantômes.

«Votre maison est-elle hantée?» demande Hydro-Québec à ses quatre millions d’abonnés dans une infolettre datée du 21 octobre. En cette période pré-Halloween, la société d’État veut attirer l’attention sur la consommation d’appareils électroniques éteints. «Oui, éteints. C’est ce qu’on appelle les “charges fantômes”», poursuivent les auteurs du courriel. De 5 à 10 % de la facture d’électricité des foyers québécois pourraient correspondre à la consommation d’appareils électriques inutilisés.

Mais comment diable nos appareils éteints peuvent-ils consommer de l’électricité? «Attention de bien comprendre le phénomène, prévient le directeur du Département de physique de l’Université de Montréal, Richard Leonelli. Lorsque vous éteignez vos lumières, le courant ne passe plus. C’est sans effet sur votre compte d’électricité. Toutefois, nous avons dans nos maisons de nombreux appareils qui sont en veille. Pensez à vos ordinateurs, téléphones sans fil; à vos lecteurs DVD ou Blu-ray, à votre routeur et aux nombreux appareils qui fonctionnent à l’aide d’une télécommande. La plupart demeurent allumés entre les moments où l’on s’en sert.»

M. Leonelli, qui a reçu le courriel, s’est montré suffisamment intrigué pour se prêter lui-même au jeu de l’autoévaluation proposée par Hydro-Québec. Il a calculé que ses charges fantômes totalisaient une trentaine de dollars par année. «Une somme non négligeable, mais qu’il faut moduler, car Hydro-Québec ne tient pas compte d’une variable importante: l’énergie calorique déployée par cet environnement électronique», explique le spécialiste de la physique de la matière condensée et des nanotechnologies.

Techniquement, un ordinateur allumé est un petit radiateur qui transforme l’énergie électrique en chaleur, fait-il valoir. «On ne l’utilise pas pour ça – on veut qu’il nous donne des réponses –, mais il réchauffe la pièce où il se trouve», dit-il, ajoutant qu’il en va autrement de l’écran qui, lui, transforme l’énergie électrique en photons, soit la lumière émanant du moniteur. M. Leonelli fait remarquer que les ampoules incandescentes, qu’on utilise de moins en moins au profit des ampoules «écoresponsables», avaient le même effet dans une pièce.

Cet effet calorique n’est certainement pas suffisant pour chauffer votre résidence, mais il peut diminuer sensiblement votre facture de chauffage. Même s’il n’a pas évalué précisément la chose, le physicien estime que la moitié du coût de ces «charges fantômes» pourrait être comblée par cette production d’énergie.

«Une habitation contient en moyenne de 20 à 40 appareils générant des charges fantômes», juge Hydro-Québec. Ceux-ci sont en mode Veille quelque 6500 heures par année, pour une utilisation variant de 3 à 30 minutes par jour. Comment chasser les fantômes des maisons? «Débranchez vos appareils électroniques, particulièrement lorsque vous partez en vacances», suggère Hydro-Québec.

Richard Leonelli a une proposition différente pour réduire la facture de chauffage: isolez mieux vos maisons, changez vos fenêtres et envoyez votre voiture énergivore à la ferraille!