Une bédé sur le déchétarisme remporte le concours de la FAECUM

  • Forum
  • Le 28 octobre 2016

  • Mathieu-Robert Sauvé
La planche gagnante, signée Jaques Goldstyn, illustre le sujet de la maîtrise de Gabrielle Tanguay.

La planche gagnante, signée Jaques Goldstyn, illustre le sujet de la maîtrise de Gabrielle Tanguay.

Crédit : Goldstyn

En 5 secondes

Un projet de recherche sur les déchétariens, ces gens qui s’approvisionnent dans les poubelles des marchés et restaurants, a remporté le concours de bédé de la FAECUM.

Une jeune femme casquée comme une spéléologue part à la recherche nocturne de denrées dans des poubelles des épiceries «Mets trop», «Pètlabroue» et «O’pulence» et revient à la maison avec suffisamment de victuailles pour organiser un festin. Voilà le scénario d’une bande dessinée signée Jacques Goldstyn qui a remporté le concours Votre recherche en BD et en vidéo de la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAECUM). L’œuvre sera publiée intégralement dans le prochain numéro de la revue des cycles supérieurs Dire.

Le dessinateur avait la responsabilité de mettre en images et phylactères le mémoire de maîtrise en anthropologie de Gabrielle Tanguay portant sur ces gens qui s’approvisionnent dans les conteneurs de déchets organiques destinés aux sites d’enfouissement. «C’était un sujet qui me tenait à cœur; je déteste le gaspillage», explique Jacques Goldstyn, qui confie ramener à la maison, à l’occasion, des pommes et des mandarines comestibles trouvées au cours de ses promenades. Il s’est illustré lui-même dans cette bédé, où l’on reconnaît aussi sa fille et sa fameuse grenouille Beppo.

Appelés par la fédération étudiante à proposer des projets de recherche susceptibles de se transformer en bandes dessinées ou en courts films d’animation, une soixantaine d’étudiants ont participé au concours. Dix résumés d’environ 100 mots ont été retenus et confiés à des bédéistes professionnels. Outre Jacques Goldstyn, Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre, Martin Patenaude-Monette, Saturnome et Zviane ont créé des planches en collaboration avec les étudiants gagnants: Jean-Sébastien Boisvert, Alexandre Joly-Lavoie, Audrey Hébert, Laura Mikula, Laurence Delafosse, Laurence Dumont, Marc-Olivier Schüle, Samuel Laventure et Talia Losier. Trois vidéos ont été réalisées par la firme de communication scientifique CRÉO à partir des travaux des étudiants Aliya Affdal, Julian Wittische et Myriam Latulippe.

C’est au terme d’une consultation sur le site Facebook de la FAECUM que la bédé gagnante a été désignée en vertu du plus grand nombre de J’aime obtenus. Le bédéiste des Débrouillards a conçu une autre bande dessinée, sur un sujet complètement différent: la physique des plasmas. «Comme je ne connais rien à cette science, j’ai rencontré une première fois l’étudiant au doctorat en physique Jean-Sébastien Boisvert et nous avons eu plusieurs échanges par la suite. Je peux vous dire que, malgré le ton humoristique de quelques cases, tous les mots scientifiques employés ont été minutieusement choisis.» Le diplômé en géologie de l’UdeM reconverti en spécialiste de la communication scientifique s’est dit ravi par l’expérience consistant à travailler de concert avec un étudiant-chercheur.

Philippe Lebel, coordonnateur à la recherche universitaire à la FAECUM, est satisfait de la participation à ce premier concours qui vise à donner une visibilité aux travaux des étudiants des cycles supérieurs. «C’est déjà le temps de s’inscrire au prochain», signale-t-il au cours d’un entretien téléphonique. Sans équivalent dans d’autres universités québécoises, ce concours est une idée de son prédécesseur, Nicolas Bérubé.

On peut voir les œuvres retenues sur le site de la FAECUM.