L’UdeM maintient sa position parmi les meilleures universités de recherche du monde

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

La majorité des différents classements internationaux et nationaux publiés en 2016 confirment que l’Université de Montréal reste un acteur incontournable de la recherche à l’échelle mondiale.

«Un des principaux éléments que nous pouvons retenir des différents classements internationaux et nationaux publiés cette année est que l’Université de Montréal maintient son statut d’université de recherche de calibre international», affirme Agnieszka Dobrzynska, directrice du Bureau de recherche institutionnelle (BRI) de l’UdeM. Le BRI est l’unité qui est responsable de la collecte et de l'analyse des données sur l'Université de Montréal, et qui interprète l'évolution des indicateurs à la base de ces classements.

Rappelons en effet que, en septembre, le Times Higher Education plaçait l’UdeM au 103e rang de son classement, une hausse de 10 positions par rapport à l’an dernier. Une progression qui reflète, selon Mme Dobrzynska, «une amélioration sur les plans de la recherche scientifique effectuée à l’Université et de son influence». Les indicateurs montrent une évolution pour ce qui est du nombre de publications, du financement moyen par professeur, de l’impact des citations et de la réputation de l’établissement, cette dernière étant établie à partir d’une grande enquête menée auprès de la communauté universitaire internationale.

La directrice ajoute que le classement rendu public le mois dernier par la National Taiwan University, qui repose uniquement sur des indicateurs mesurant la quantité, la qualité et la portée de la recherche produite, vient confirmer cette position. Pour une troisième année de suite, l’UdeM y figure parmi les 100 meilleures universités du monde, soit au 94e rang cette année.

Un statut confirmé par le groupe RESEARCH Infosource, qui analyse et compare la performance des universités canadiennes en matière de recherche, selon Agnieszka Dobrzynska. «Pour souligner ses 15 ans, le groupe a calculé le montant du financement lié à la recherche obtenu par chaque université entre 2001 et 2015, explique-t-elle. Il révèle que l’UdeM est la deuxième université canadienne relativement à l’importance du financement reçu, soit plus de sept milliards de dollars en 15 ans.»

La directrice du BRI mentionne également que l’Université de Montréal occupe une bonne position dans le classement canadien du magazine Maclean’s quant aux principaux indicateurs de recherche scientifique, soit le financement, le facteur d’impact et les prix et distinctions décernés aux professeurs.

Signalons enfin, pour conclure ce tour d’horizon, que l’UdeM se hisse cette année au 126e rang du QS World University Ranking et se situe dans le groupe des 151 à 200 meilleures universités du monde selon le palmarès établi par l’Université Jiao Tong de Shanghai.

Leader en santé-médecine et en affaires et économie

Dans une déclinaison par disciplines de son palmarès, le Times Higher Education a classé, dans huit grands regroupements de disciplines, les 100 meilleures universités du monde. On y apprend que l’université sur la montagne consolide sa position de leader en «médecine clinique et préclinique», passant du 62e rang au 51e cette année. L’UdeM fait aussi son entrée parmi les 100 meilleures universités dans la catégorie Affaires et économie, atteignant la 100e position.

«Nous pouvons être fiers de ces résultats. Ils sont une récompense pour l’ensemble de notre communauté et plus particulièrement pour nos chercheurs, qui travaillent chaque jour à faire de l’Université de Montréal un établissement prestigieux, reconnu sur la scène internationale pour la qualité de sa recherche», a souligné le recteur, Guy Breton.