L’UdeM se souvient de Jacques Grand’Maison

Photo de Jacques Grand'Maison prise le 18 septembre 1992. Division des archives.

Photo de Jacques Grand'Maison prise le 18 septembre 1992. Division des archives.

Crédit : Bernard Lambert

En 5 secondes

L’Université de Montréal perd un de ses pionniers. Le sociologue et théologien Jacques Grand’Maison s’est en effet éteint, à l’âge de 84 ans.

Le sociologue et théologien Jacques Grand’Maison est décédé le 6 novembre, à 84 ans. Il a été professeur à l’Université de Montréal de 1967 à 1997.

Prêtre, théologien, sociologue et essayiste, Jacques Grand’Maison a poursuivi durant toute sa carrière une réflexion unique sur l’évolution sociale et religieuse du Québec moderne. Son œuvre, qui compte une quarantaine de titres et de nombreuses chroniques parues dans Le Devoir et La Presse, jette un regard lucide sur les grands enjeux éthiques de la société québécoise.

Licencié en sociologie de l’Université pontificale grégorienne à Rome et docteur en théologie de l’Université de Montréal, Jacques Grand’Maison a enseigné à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’UdeM de 1967 à 1997. Sa formation universitaire a orienté son enseignement vers une approche multidisciplinaire qui a puisé non seulement à la théologie et aux sciences sociales, mais également au droit et à la psychologie. Associé à plusieurs projets de développement régional, il s’est intéressé de très près au profil socioreligieux des résidents des Basses-Laurentides et a dirigé une vaste étude sur les pratiques sociales, culturelles et religieuses des populations de six régions du Québec. Alliant théorie et pratique, il s’est fermement engagé dans l’action sociale. En plus d’être pasteur en paroisse dès 1973, il a agi à titre de conseiller théologique auprès des évêques du Québec.

Prix des sciences humaines du gouvernement du Québec, Prix Esdras-Minville de la Société Saint-Jean-Baptiste, Prix de la Fédération des sciences sociales du Canada, Grand Prix du Conseil de la culture des Laurentides, Jacques Grand’Maison a reçu un doctorat honoris causa de l’Université de Sherbrooke en 1987 et a été fait officier de l’Ordre national du Québec en 1996.

L’an passé, Jacques Grand’Maison a publié son 51e livre, un recueil de réflexions sur les valeurs, sorte de testament spirituel. À cette occasion, il nous a accordé l’une de ses dernières entrevues.