Je veux comprendre le sens de la mort pour les musulmans d’ici

  • Forum
  • Le 15 novembre 2016

Yannick Boucher

Yannick Boucher

Crédit : Amélie Philibert - Benoît Gougeon

En 5 secondes

Yannick Boucher étudie les rituels funéraires chez les immigrants musulmans du Québec. Son enquête l’a mené aux quatre coins de la province.

Je cherche à mieux comprendre l’expérience des immigrants quant à la mort d’un proche. Chez les musulmans du Québec, c’est un phénomène complexe, car de nombreuses valeurs se bousculent. Ni l’embaumement, ni l’incinération, ni même l’inhumation dans un cercueil ne sont des pratiques autorisées par l’islam. Or, il existe très peu de lieux permettant actuellement d’observer des rites qui respectent les valeurs de cette communauté d’environ 250 000 personnes.

Durant ma recherche aux quatre coins du Québec, j’ai mené 35 entretiens formels et autant d’entrevues informelles auprès de familles, d’imams, de leaders et de membres de cette communauté. J’ai remarqué une grande diversité de pratiques. L’enterrement dans la province gagne en popularité, ce qui souligne entre autres un attachement grandissant à leur nouvelle terre.

Après ma soutenance, j’espère demeurer actif dans le milieu de la recherche pour continuer à nourrir la réflexion sur le vécu quotidien des minorités au Québec.

Yannick Boucher

En savoir plus

Directrice de thèse

Publications

À lire aussi

Propos recueillis par Mathieu-Robert Sauvé