Une politique d’investissement responsable pour le Fonds de dotation

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

En adoptant une politique en matière d’investissement responsable pour le fonds de dotation provenant de ses donateurs, l’UdeM harmonise ses politiques d’investissement pour ses différents fonds.

Le Comité exécutif de l’Université de Montréal a récemment adopté une politique en matière d’investissement responsable pour le fonds de dotation provenant de ses donateurs.

L’Université harmonise ainsi ses politiques d’investissement pour ses différents fonds, le Régime de retraite de l’Université (RRUM) ayant auparavant adopté une politique semblable. Ces politiques sont conformes aux Principes pour l’investissement responsable (PRI) des Nations Unies que le Fonds de dotation s’engage à adopter officiellement.

«Il était important pour nous de nous assurer d’avoir la politique d’investissement la plus adaptée à notre réalité et aux attentes des donateurs qui nous confient généreusement les sommes qui servent à soutenir notre mission d’enseignement et de recherche», souligne le vice-recteur aux finances et aux infrastructures, Éric Filteau. 

Rappelons que le Fonds de dotation de l’Université de Montréal est un fonds capitalisé dont les sommes investies proviennent de donateurs. Il est composé de près de 600 fonds personnalisés destinés à appuyer les activités d’enseignement et de recherche. Que ce soit pour le financement de chaires, de bourses, de fonds de recherche de collections, l’objectif est le même: assurer la pérennité du soutien financier offert à ces activités par le biais du revenu de placement généré.

En début d’année financière, la valeur du Fonds était d’environ 317 millions de dollars.

Une démarche méticuleuse

En juin 2015, les membres du comité de gestion du Fonds de dotation ont amorcé une analyse visant à jeter les bases d’une politique d’investissement responsable. À l’issue d’un travail approfondi, ils ont déposé leurs recommandations au Comité exécutif de l’Université à l’automne 2016 et ce sont ces recommandations qui ont été adoptées.

«Ces recommandations reposent sur la conviction qu’un large éventail de critères financiers et extra financiers dont les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, communément appelés facteurs ESG, devrait être pris en compte dans le choix des titres, explique Pierre Grand’Maison, président du comité de gestion du Fonds de dotation. De fait, tenir compte des facteurs ESG contribue à la gestion intégrée de l’ensemble des risques liés à un investissement, bien qu’ils ne puissent en constituer le seul fondement.»

Être un propriétaire actif

«L’approche d’investissement responsable préconisée signifie, pour l’Université de Montréal, d’intégrer les facteurs ESG dans l’analyse des titres effectuée par les gestionnaires de portefeuilles externes, ainsi que d’être un propriétaire actif», souligne M. Filteau.

Sur ce plan, l’Université entend mener différentes actions. Elle demandera, entre autres choses, aux gestionnaires de portefeuille de faire rapport annuellement sur leur prise en compte des facteurs ESG et évaluera les portefeuilles d’actions cotées en Bourse en termes ESG. De même, elle entend élaborer une politique d’exercice de droits de vote des actions en portefeuille qui tient compte des facteurs ESG. Enfin, elle pourrait soutenir des initiatives proposées et appuyées par d’autres signataires des PRI.