Pour un mode de scrutin mixte compensatoire régional, avec vote préférentiel

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Des étudiants du Département de science politique de l’UdeM ont soumis leurs recommandations quant au mode de scrutin qui devrait être adopté pour les élections fédérales canadiennes.

Alors que le Comité spécial sur la réforme électorale s’apprête à remettre son rapport, des étudiants du Département de science politique de l’Université de Montréal, dirigés par le professeur André Blais, ont soumis leurs recommandations quant au mode de scrutin qui devrait être adopté pour les élections fédérales canadiennes.

Après avoir pris connaissance de la recherche sur les effets des modes de scrutin, et soupesé les arguments en faveur ou en défaveur des différents modes de scrutin, et après avoir délibéré et voté, les étudiants ont choisi de recommander un mode de scrutin mixte compensatoire régional, avec vote préférentiel, pour les élections fédérales canadiennes.

Le mode de scrutin proposé s’apparente à celui en vigueur en Écosse. Les étudiants proposent ainsi d’allouer en moyenne 15 sièges aux régions, soit 10 sièges locaux et 5 sièges régionaux aux partis les plus désavantagés sur le plan du vote local. Le vote local serait un vote alternatif (ou préférentiel) et le vote régional un scrutin avec des listes ouvertes.

Ce choix repose sur l’intention de concilier plusieurs objectifs, dont certains sont en partie contradictoires. Il y a d’abord la volonté de faire en sorte qu’il n’y ait pas une grande distorsion entre la distribution des votes et celle des sièges (tout en n’insistant pas sur une étroite correspondance). Il y a ensuite le souci d’assurer une forte représentation locale en conservant le plus grand nombre possible de circonscriptions représentées par des députés locaux. Il y a finalement le désir de permettre aux électeurs d’exprimer leurs préférences de la façon la plus précise et nuancée possible, ce qui se traduit par la possibilité d’indiquer un ordre de préférence dans le vote local et d’appuyer un candidat de liste dans le vote régional.

Le rapport complet est disponible sur demande.

Relations avec les médias