La Fondation canadienne pour l’innovation renouvelle son soutien à Érudit, un appui qui confirme le rôle majeur de la plateforme pour la recherche canadienne

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Grâce à un nouvel investissement de 4,1 M$ de la FCI, la plateforme de diffusion et de recherche Érudit étendra son offre de service à une communauté canadienne élargie.

La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) accorde une nouvelle subvention de 4,1 M$ à Érudit dans le cadre du concours Fonds des initiatives scientifiques majeures 2017-2022. À travers ce concours, la FCI souhaite renforcer le fonctionnement et l’exploitation des infrastructures afin de permettre aux chercheurs canadiens d’entreprendre des activités de recherche de calibre mondial.  

Érudit est la seule infrastructure de recherche nationale en sciences humaines et sociales reconnue par la FCI comme initiative scientifique majeure au Canada. Cette annonce confirme de surcroît son rôle en tant que plateforme numérique en sciences humaines et sociales et vient soutenir le milieu de la publication savante en français et en anglais.

Favoriser la libre circulation des publications scientifiques et culturelles

Créée en 1998 par et pour la communauté de la recherche du Québec afin d’accompagner les revues savantes dans leur transition vers le numérique, Érudit aura réussi son pari avec la diffusion de plus de 150 revues consultées dans le monde entier et la création de partenariats privilégiés au Canada et à l’étranger pour soutenir les éditeurs indépendants. Dans un contexte international marqué par la concurrence forte d’un oligopole de grands éditeurs commerciaux, dont les ententes musclées grèvent depuis deux décennies les budgets des bibliothèques universitaires, cette expertise est aujourd’hui d’une importance capitale.

Un nouveau partenaire pour appuyer la publication savante et construire l'infrastructure numérique de demain en sciences humaines et sociales

L’annonce de la FCI vient également marquer le rapprochement des activités entre la plateforme Érudit et l’organisme Public Knowledge Project (PKP), rattaché à l’Université Simon Fraser. Celui-ci devient ainsi un partenaire stratégique important et le collaborateur principal d’Érudit pour la mise en œuvre d’une solution plus durable en vue d’aider la publication savante au Canada.

«Érudit a su donner une place de choix aux revues savantes canadiennes francophones et bilingues en les intégrant rapidement dans l’univers numérique. Aujourd’hui, en établissant un partenariat fort avec PKP et l'Université Simon Fraser, nous serons en mesure d’étendre nos services à plus de revues scientifiques au Canada et de valoriser encore plus efficacement les résultats de nos chercheurs au pays et sur la scène internationale», fait valoir Frédéric Bouchard, vice-recteur associé à la recherche, à la découverte, à la création et à l'innovation à l’Université de Montréal et président du Consortium Érudit.

La complémentarité des expertises d’Érudit et de PKP, appuyées par la FCI et un réseau de partenaires au Canada et à l’étranger, va permettre la mise en place d’une véritable infrastructure de production, de diffusion et de recherche nationale en français et en anglais qui respecte les principes du libre accès et du développement informatique en code source ouvert.

À propos d’Érudit

En partenariat avec les organismes de documentation et les éditeurs scientifiques canadiens, Érudit travaille à la diffusion numérique des publications scientifiques et culturelles en sciences humaines et sociales. Érudit est un consortium interuniversitaire formé par l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal, et il est soutenu par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture. Il est reconnu depuis 2014 comme infrastructure scientifique majeure par la Fondation canadienne pour l’innovation.

À propos de PKP

Le Public Knowledge Project (PKP) est une initiative de recherche à but non lucratif menée par l’Université Simon Fraser et l’Université Stanford dont l’objectif est de rendre la recherche financée par les fonds publics librement accessible. Pour favoriser le libre accès, les deux établissements élaborent des logiciels libres et des services d’édition, et stimulent la participation communautaire notamment. La suite logicielle libre et gratuite conçue par PKP, dont l’outil Open Journal System, est employée par plus de 10 000 revues savantes à travers le monde.