Jouer d’un instrument pour réagir plus rapidement

Crédit : Thinkstock

En 5 secondes

Des chercheurs de l’UdeM ont découvert que les musiciens réagissent plus vite aux stimulus sensoriels que les non-musiciens, ce qui pourrait permettre de prévenir certains effets du vieillissement.

Apprendre à jouer d’un instrument de musique pourrait-il aider les personnes âgées à réagir plus vite et à rester alertes? C’est fort probable, d’après une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’École d’orthophonie et d’audiologie de l’Université de Montréal.

Publiée dans la revue américaine Brain and Cognition, l’étude montre que les musiciens réagissent plus rapidement aux stimulus sensoriels que les non-musiciens, ce qui pourrait permettre de prévenir certains effets du vieillissement, déclare le chercheur principal Simon Landry, qui a réalisé cette étude dans le cadre de sa thèse de doctorat en sciences biomédicales.

«Mieux nous comprenons les effets de la musique sur les processus sensoriels de base, mieux nous pouvons concevoir une formation musicale pour les personnes pouvant avoir des temps de réaction longs, dit Simon Landry. On a observé que, quand les gens vieillissent, leurs temps de réaction s’allongent. Alors, si nous savons que jouer d’un instrument de musique améliore les temps de réaction, peut-être que l’apprentissage d’un instrument leur serait utile.»

Cliquez sur la souris, s’il vous plaît

Dans cette étude, effectuée sous la direction de François Champoux, professeur à l’École d’orthophonie et d’audiologie, Simon Landry a comparé les temps de réaction de 16 musiciens et de 19 non-musiciens. Les participants étaient assis dans une pièce calme et bien éclairée avec une main posée sur une souris d’ordinateur et l’index de l’autre main posé sur un appareil vibrotactile, une petite boîte qui vibrait de temps en temps. Ils devaient cliquer sur la souris soit quand ils entendaient un son (un bruit blanc) venant des haut-parleurs placés devant eux, soit quand la boîte vibrait, soit les deux.

Chacune de ces trois stimulations – audio, tactile et audiotactile – a été produite 180 fois. Les participants portaient des bouchons d’oreilles pour ne pas entendre le bourdonnement causé par la vibration de la boîte.

«Nous avons remarqué que les musiciens réagissaient beaucoup plus rapidement aux stimulations auditives, tactiles et audiotactiles», mentionne Simon Landry. Ces résultats laissent penser pour la première fois que la formation musicale poursuivie sur le long terme réduit les temps de réaction aux stimulations auditives, tactiles et multisensorielles simples non musicales.

Deux instruments valent mieux qu’un

Les musiciens de l’étude ont été recrutés à la Faculté de musique de l’UdeM. Ils ont commencé à jouer d’un instrument entre 3 et 10 ans et possèdent au moins sept années de formation. Ce groupe était composé de huit pianistes, trois violonistes, deux percussionnistes, un contrebassiste, un altiste et un harpiste. Tous sauf un (un violoniste) maîtrisaient aussi un deuxième instrument ou plus. Les non-musiciens étaient étudiants à l’École d’orthophonie et d’audiologie. Près de la moitié des musiciens étudiaient au premier cycle et l’autre moitié au deuxième cycle.

L’intérêt de l’étude de Simon Landry repose sur la façon dont le son et le toucher interagissent. Il explique que les résultats obtenus viennent renforcer ceux d’études précédentes portant sur la manière dont le cerveau des musiciens gère les illusions sensorielles. «L’idée est de mieux comprendre comment le fait de jouer d’un instrument de musique agit sur les sens d’une façon qui n’est pas liée à la musique», indique-t-il.

À propos de cette étude

L'article «Musicians react faster and are better multisensory integrators» (Simon P. Landry et François Champoux) a été publié dans la revue Brain and Cognition le 12 décembre 2016.

Cette étude a bénéficié de subventions des Instituts de recherche en santé du Canada, du Fonds de recherche du Québec – Santé et du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Ressources pour les médias