Des étudiantes de la Faculté de médecine reçoivent la bourse Lucie-Besner

De gauche à droite: à l’avant-plan Andréanne Fortin, Lucie Besner, Cindy Audiger et Hélène Boisjoly; à l’arrière, Hugo Soudeyns, directeur du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie, Christian Baron, vice-doyen à la recherche et au développement, ainsi que Raymond Lalande, vice-recteur aux relations avec les diplômés, aux partenariats et à la philanthropie.

De gauche à droite: à l’avant-plan Andréanne Fortin, Lucie Besner, Cindy Audiger et Hélène Boisjoly; à l’arrière, Hugo Soudeyns, directeur du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie, Christian Baron, vice-doyen à la recherche et au développement, ainsi que Raymond Lalande, vice-recteur aux relations avec les diplômés, aux partenariats et à la philanthropie.

En 5 secondes

Cette bourse vise notamment à récompenser des travaux favorisant des découvertes scientifiques sur le diabète de type 1.

Cindy Audiger et Andréanne Fortin, toutes deux étudiantes aux cycles supérieurs à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, ont reçu la bourse Lucie-Besner. Le jury, composé notamment de professeurs de la faculté, a estimé que les travaux de ces étudiantes favorisent des découvertes scientifiques relatives au diabète de type 1, font avancer la recherche et proposent une démarche inusitée.

Les recherches de Cindy Audiger visent à élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour inhiber ou ralentir chez les patients le développement du diabète de type 1. Pour ce faire, elle tente de contrôler une population rare de cellules dendritiques, les mérocytiques, qui stimulent la progression des maladies auto-immunes.

De son côté, Andréanne Fortin veut évaluer les répercussions d’une intervention nutritionnelle chez les diabétiques de type 1 sur le syndrome métabolique en comparant les effets d’un régime méditerranéen avec ceux d’une alimentation faible en gras sur le tour de taille. Ses résultats permettront de comprendre les bienfaits associés à l’alimentation méditerranéenne et contribueront à la mise en place de stratégies nutritionnelles appropriées pour ces patients à risque.

Un appui essentiel pour les jeunes chercheurs

Les deux lauréates ont eu l’occasion de rencontrer, au cours d’une cérémonie, celle dont les bourses portent le nom. Engagée auprès de l’Université de Montréal depuis plus de 25 ans, Lucie Besner est une femme d’exception qui a su, avec résilience, faire face à plusieurs épreuves.

La doyenne de la Faculté de médecine, Hélène Boisjoly, a salué l’héritage philanthropique de Mme Besner: «Les bourses Lucie-Besner en fatigue chronique et diabète de type 1 offrent un appui essentiel à nos jeunes chercheurs et, pour cela, je ne puis que remercier chaleureusement cette grande philanthrope pour sa vision et son soutien indéfectible. Nul doute que les prochaines générations bénéficieront grandement de ce geste inspirant et précieux!» La doyenne a également tenu à souligner le travail des deux étudiantes, devenues des modèles pour les jeunes femmes qui souhaitent faire carrière en recherche.