Nouvelle enquête sur la violence sexuelle en milieu universitaire au Québec

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Un collectif de 12 chercheuses, parmi lequel figurent deux professeures de l’UdeM, rend compte des manifestations de violences sexuelles vécues par la communauté universitaire.

Les résultats de l’enquête Sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire (ESSIMU): ce qu’en disent étudiant.es, enseignant.es et employé.es ont été dévoilés aujourd’hui au cours d’une conférence de presse à laquelle assistait notamment la ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Réalisée par une équipe de 12 chercheuses, dont Isabelle Daigneault et Dominique Damant, professeures respectivement au Département de psychologie et à l’École de travail social de l’Université de Montréal, cette recherche indépendante, première initiative du genre au Québec, rend compte des manifestations de violences sexuelles vécues par la communauté universitaire québécoise.

Selon les chercheuses, «les violences sexuelles vécues en milieu universitaire affectent directement un grand nombre de gens travaillant ou étudiant dans les six universités à l’étude». À la lumière des résultats de l’enquête, les chercheuses formulent 15 recommandations visant la prévention des violences sexuelles en milieu universitaire au Québec.

Lire le communiqué de presse.
Consulter
les résultats complets de l’enquête.