Valérie Mongrain reçoit la Chaire du Canada en physiologie moléculaire du sommeil

Le manque de sommeil affecte plus de 30% de la population et a un impact important sur la maladie, la productivité, le bien-être et la sécurité.

Le manque de sommeil affecte plus de 30% de la population et a un impact important sur la maladie, la productivité, le bien-être et la sécurité.

Crédit : iStock photo.

En 5 secondes

Valérie Mongrain reçoit la Chaire de recherche du Canada en physiologie moléculaire du sommeil afin de faire avancer ses travaux sur la compréhension des conséquences du manque de sommeil.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal et l’Université de Montréal annoncent que Valérie Mongrain, chercheuse régulière au Centre de recherche de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et professeure à l’Université de Montréal au Département de neuroscience, vient de recevoir la Chaire de recherche du Canada en physiologie moléculaire du sommeil du programme des chaires de recherche du Canada.

Le manque de sommeil affecte plus de 30% de la population canadienne et présente un impact important sur la maladie, la productivité, le bien-être et la sécurité. Le manque de sommeil se traduit en un coût économique majeur. De plus, les troubles du sommeil sont prédominants dans les pathologies neurologiques et psychiatriques.

Malgré tout, l’origine des troubles du sommeil et ses conséquences néfastes demeurent très mal comprises. 

Les travaux de la Dre Valérie Mongrain visent à identifier quelles molécules sont à l’origine des différentes conséquences du manque de sommeil sur le fonctionnement du cerveau, en incluant la mémoire, l’humeur et la performance. En parallèle, son équipe s’affaire à identifier les éléments responsables de la récupération pendant le sommeil. 

Pour atteindre ses objectifs, l’équipe de recherche de la professeure Mongrain utilise la recherche fondamentale moléculaire et biochimique ciblée ainsi que l’analyse du génome entier. Également, le groupe utilise des techniques de génie génétique et des évaluations de la mémoire, du comportement et de l’activité électrique du cerveau.

Ces travaux feront assurément avancer la compréhension des conséquences du manque de sommeil sur le comportement, la cognition et la santé mentale.  

Pour en savoir plus sur Valérie Mongrain, consultez l'article Valérie Mongrain: de noctambule à chercheuse.

CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal

Comptant 26 installations de santé et de services sociaux situés dans cinq arrondissements du nord de Montréal, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal a la responsabilité d’organiser et de développer les services de santé et sociaux pour les 411 000 Montréalais de son territoire. Il offre aussi des services spécialisés principalement en traumatologie, en santé respiratoire, en santé cardiovasculaire et en santé mentale à 1,8 million de Québécois d’autres régions. Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, affilié à l’Université de Montréal, se concentre sur trois principaux pôles de recherche: la recherche biomédicale, la recherche sociale et la recherche en santé mentale chez les enfants et les adolescents.

Ressources pour les médias

  • Hugo Larouche
    Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l'Île-de-Montréal
    Tél: 514 331-3418
  • Julie Gazaille
    Université de Montréal
    Tél: 514 343-6796