L’UdeM renouvelle sa participation au plan de développement durable de Montréal

L'UdeM s'engage à soutenir l’accès à une saine alimentation et à l’agriculture urbaine, en organisant notamment des projets d’agriculture urbaine, comme ici sur le campus MIL.

L'UdeM s'engage à soutenir l’accès à une saine alimentation et à l’agriculture urbaine, en organisant notamment des projets d’agriculture urbaine, comme ici sur le campus MIL.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

L’Université de Montréal s’engage à poursuivre sa collaboration avec Montréal dans la mise en place d’actions concrètes en matière de développement durable.

L’Université de Montréal confirme sa participation à Montréal durable 2016-2020, troisième plan de développement durable de la collectivité montréalaise. Fruit d’une collaboration entre la Ville et des organisations dites «partenaires», ce plan vise à réaliser des actions mesurables en matière de développement durable.

L’UdeM, qui participe à ce plan depuis ses débuts en 2004, s’engage ainsi à mettre en œuvre des mesures concrètes, à travailler avec les équipes de mobilisation de la Ville et à contribuer à un projet de développement durable sur la plateforme Faire Montréal, comme c’est le cas avec le projet du corridor Darlington.

«Ce type de collaboration avec la Ville permet la mise en valeur de nos actions et de notre expertise, par exemple en biodiversité, explique Stéphane Béranger, coordonnateur au développement durable à l’UdeM. Le partenariat prévoit des activités régulières organisées par le Conseil régional en environnement de Montréal grâce auxquelles on peut rencontrer d’autres parties prenantes du développement durable qui, très souvent, vivent la même réalité que nous.»

Des actions concrètes

L’Université de Montréal a retenu du plan Montréal durable 2016-2020 16 actions concrètes qui sont en continuité avec les engagements des précédents plans. Elle s’engage notamment à:

  • Inciter à l'utilisation des transports actif et collectif en encourageant des initiatives tel le covoiturage dynamique Netlift.
  • Protéger et enrichir la forêt urbaine et la biodiversité par la plantation d’arbres sur le campus et le rehaussement de la biodiversité dans le secteur de la «coulée verte». En quatre ans, plus de 1500 arbres ont ainsi été plantés sur le campus.
  • Bâtir ou rénover les bâtiments de manière durable. Le campus MIL de l’UdeM est construit selon les normes LEED-AQ.
  • Réduire et valoriser les matières résiduelles en mettant en place des bacs du type électrobacs pour la récupération des petits appareils électroniques et en récupérant les piles dans les services de l’Université.
  • Soutenir l’accès à une saine alimentation et à l’agriculture urbaine. L’UdeM a ainsi pris le virage «vert» amorcé il y a déjà trois ans aux Services alimentaires en favorisant la pêche durable, les porcs élevés sans antibiotiques et dans le respect du bien-être animal, les œufs de poules élevées en liberté, ou bien encore en organisant des projets d’agriculture urbaine sur son campus principal et le campus MIL.
  • Soutenir le développement de l'économie sociale et solidaire en favorisant la présence accrue sur le campus de produits issus du commerce équitable.

Selon le recteur de l’UdeM, Guy Breton, «l'engagement de l’Université envers ce plan est un partenariat réfléchi, actif et à long terme. Notre communauté multiplie les projets dans tous les domaines du développement durable et contribuera à l'atteinte des objectifs de ce plan de multiples façons, notamment par l'enrichissement de la forêt urbaine et la valorisation des transports actif et collectif.»

Rappelons que l’engagement de l’UdeM a été souligné par la Ville de Montréal l’an passé au Gala de reconnaissance en environnement et développement durable, qui vise à récompenser des actions exemplaires menées par les partenaires engagés. L’Université avait alors remporté le premier prix dans la catégorie Entreprises et institutions pour le projet Naissance d’un nouveau campus: le chantier qui attire les Montréalais. Le projet avait été salué pour son originalité, sa transversalité et la multitude des acteurs concernés.