Des tuteurs aident les nouveaux étudiants en biologie

  • Forum
  • Le 31 janvier 2017

  • Mathieu-Robert Sauvé
Depuis 2013, les étudiants inscrits au baccalauréat en sciences biologiques peuvent suivre des cours d’appoint donnés par des tuteurs qui sont eux-mêmes étudiants diplômés ou finissants du baccalauréat.

Depuis 2013, les étudiants inscrits au baccalauréat en sciences biologiques peuvent suivre des cours d’appoint donnés par des tuteurs qui sont eux-mêmes étudiants diplômés ou finissants du baccalauréat.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Un programme de tutorat prend de l’ampleur au Département de sciences biologiques.

Depuis 2013, les étudiants inscrits au baccalauréat en sciences biologiques peuvent suivre des cours d’appoint donnés par des tuteurs qui sont eux-mêmes étudiants diplômés ou finissants du baccalauréat. «Les étudiants n’ont qu’à s’inscrire et se présenter au local; ils bénéficient d’une formation sur mesure par petits groupes en vue d’un examen ou d’un contrôle sur un sujet particulier», explique Dan Nguyen, responsable de la formation professionnelle au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal.

«Ce programme m’a sauvé», lance un participant dans le questionnaire d’évaluation distribué à l’issue d’une séance. Le tutorat «permet de décortiquer ce que nous n’avons pas eu le temps de faire en classe», dit un autre. «Il m'a permis d'avoir une vision différente sur la biologie!» déclare un troisième. «J’ai vu des améliorations importantes chez la plupart de mes étudiants au bout d’une ou de quelques séances», mentionne de son côté un tuteur au sujet de ses protégés.

En première année du baccalauréat, souligne M. Nguyen, les étudiants sont parfois décontenancés devant les exigences de leur nouvelle vie. «Plusieurs mettent les pieds pour la première fois dans un établissement d’enseignement comptant des dizaines de milliers de personnes; ils doivent acquérir une méthode de travail efficace tout en assurant leur subsistance. Vient un moment où ils ne sont plus capables de suivre», fait observer ce biologiste qui confie être «passé par là» il n’y a pas si longtemps. «J’aurais bien aimé avoir accès à un programme semblable; ça aurait favorisé ma réussite!»

Un programme en croissance

Dan Nguyen

Crédit : Amélie Philibert

Jusqu’à maintenant, plusieurs centaines d’étudiants ont pris part aux formations. Le nombre d’intéressés ne cesse de croître. «Nous sommes victimes de notre succès, car les demandes augmentent au point où notre équipe est saturée, malgré le travail hors pair de Josée Dodier, coordonnatrice du programme. En concevant de nouveaux outils électroniques, nous allons pouvoir mieux nous développer», indique M. Nguyen.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives de soutien à la réussite, qui lui a accordé un budget de 15 000 $, le projet prendra de l’expansion l’an prochain par la création d’une plateforme Web.

Dès l’année 2017-2018, il pourra s’appuyer sur cette nouvelle structure. On souhaite pouvoir offrir des formations à distance aux clientèles situées ailleurs qu’au pavillon Marie-Victorin (campus de Laval, Institut de recherche en biologie végétale). Les organisateurs espèrent aussi étendre le programme de tutorat à d’autres unités comme les facultés de médecine et des sciences de l’éducation.