John Parisella reçoit deux décorations de l’UdeM

John Parisella reçoit la Médaille de l’Université de Montréal des mains du recteur, Guy Breton.

John Parisella reçoit la Médaille de l’Université de Montréal des mains du recteur, Guy Breton.

Crédit : Caroline Dostie

En 5 secondes

John Parisella reçoit la Médaille de l’Université de Montréal et l’Insigne du mérite de la Faculté des arts et des sciences pour son parcours exceptionnel.

John Parisella s’est vu décerner, le 30 janvier, la Médaille de l’Université de Montréal et l'Insigne du mérite de la Faculté des arts et des sciences (FAS) à l'occasion d’une rencontre du Centre d’études et de recherches internationales de l’UdeM (CERIUM) intitulée «Conversation privilégiée avec John Parisella: que faut-il attendre de la présidence Trump?»

Le recteur, Guy Breton, et la doyenne par intérim de la FAS, Tania Saba, prenaient part à l’activité. Frédéric Mérand, directeur du CERIUM, en était le maître de cérémonie et Isabelle Lemay, étudiante au CERIUM, a animé la période de discussion qui a suivi la conférence de M. Parisella.

Tania Saba remet l’Insigne du mérite de la Faculté des arts et des sciences à John Parisella.

Crédit : Caroline Dostie

La Médaille de l’Université de Montréal vise à honorer des personnes qui font rayonner l’Université par leur parcours exceptionnel dans leur domaine, alors que l’Insigne du mérite est une distinction accordée par la Faculté des arts et des sciences pour souligner l’œuvre remarquable de personnalités qui se sont illustrées par leur parcours professionnel et par leur contribution à la société.

L’Insigne du mérite reconnaît également une contribution importante au développement de la FAS.

Figure connue, aimée et respectée, John Parisella a occupé de multiples fonctions sur la scène publique au cours de sa carrière. Ces dernières années, il a été directeur exécutif de la campagne de financement Campus Montréal à l’UdeM et a participé aux activités du CERIUM et du Département de science politique.

On peut dire de John Parisella qu’il fait véritablement partie des bâtisseurs de l’Université de Montréal, ayant relevé avec brio le défi de mener la plus importante campagne philanthropique de l’histoire du monde universitaire francophone, dont les effets se feront sentir durablement.

Un homme politique qui a laissé sa marque

Directeur général du Parti libéral du Québec, chef de cabinet des premiers ministres Robert Bourassa et Daniel Johnson de 1989 à 1994, John Parisella a aussi été conseiller spécial du premier ministre Jean Charest. En 2008-2009, il a été négociateur en chef du gouvernement du Québec dans le litige avec les Mohawks de Kahnawake. De 2009 à 2012, il a servi le Québec à titre de délégué général du Québec à New York, le plus important poste de la diplomatie québécoise aux États-Unis, et de directeur du Bureau du Québec à Washington.

Un homme engagé dans la promotion de l’éducation et un grand allié de l’UdeM

Diplômé en éducation de l’Université Concordia et titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université McGill et d’un certificat en administration publique de la John F. Kennedy School of Government de l’Université Harvard, John Parisella a d’abord, en tant qu’enseignant, vécu de l’intérieur les grands évènements politiques et les crises sociales et linguistiques qui ont façonné le Québec au cours des 40 dernières années.

Professeur associé au Département de science politique de l’UdeM, où il joue un rôle de premier plan dans la diffusion des connaissances sur la politique américaine, et chercheur invité au CERIUM, il est également associé à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l’UQAM, ainsi que professeur invité à l’École nationale d’administration publique.

Il est, par ailleurs, auteur de plusieurs publications, conférencier à de multiples tribunes, coauteur du livre Election: Made in USA, publié en 2004 et 2008, et auteur de l’ouvrage La politique dans la peau, paru en 2015, témoignage d’un citoyen engagé et récit d’un parcours unique au cœur même du pouvoir.

Un pédagogue et un communicateur hors pair

Invité régulier des émissions d’affaires publiques, John Parisella est analyste politique auprès de plusieurs médias partout au Canada et analyste de la politique américaine à la Société Radio-Canada. Récemment, il a été consultant pour la télésérie documentaire Fièvre politique, diffusée à Télé-Québec. Quand il s’adresse au public, il sait rallier plusieurs points de repère pour expliquer en profondeur des phénomènes ou des tendances.

Il est aussi un homme de son temps: entre 2008 et 2015, il a été blogueur pour Americas Quarterly, la revue Macleans de 2008 à 2013 et Latin America Goes Global toujours sur des sujets relatifs au Canada et aux États-Unis.

Un défenseur de la diversité et un exemple de réussite sur les scènes politique et sociale du Québec

De père italien et de mère d’origine irlandaise, John Parisella incarne la diversité culturelle du Québec.

Son parcours a toujours été guidé par son sens de l’engagement social, de la participation à la vie démocratique et de la promotion des valeurs qui lui sont chères, tels la persévérance, l’égalité et le respect des individus, ainsi que la célébration de la diversité des idées, des identités et des perspectives.

Il a ainsi été membre de nombreux conseils d'administration dans les secteurs de la culture, de la pédagogie, de la santé, du développement communautaire et de l'économie.

Membre du Conseil des gouverneurs de l’organisme ENSEMBLE pour le respect de la diversité, il siège actuellement au conseil d’administration du Conseil des relations internationales de Montréal, de Fusion Jeunesse, de Montréal International, de Jeunesse Canada Monde et de l’Institut de recherche en politiques publiques, ainsi qu’au comité d’honneur de la Fondation Jean Duceppe et au comité des sages de la Fondation du Dr Julien.

En 2016, M. Parisella a été nommé membre de l’Ordre du Canada «pour son engagement social, politique, diplomatique et académique ainsi que son dévouement envers les grandes questions de gouvernance». Fait officier de l’Ordre national du Québec la même année, il a aussi été désigné personnalité du TOP 20 de la Diversité de l’année à la remise des Grands Prix Mosaïque – Lys de la diversité du Québec en 2014.