In memoriam: Dr Sorin Sonea

Sorin Sonea

Sorin Sonea

En 5 secondes

Le Dr Sorin Sonea, professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, est décédé le 8 janvier 2017.

Le 8 janvier 2017 s’est éteint le Dr Sorin Sonea, professeur émérite et grand pionnier de l’enseignement et de la recherche en microbiologie à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Le Dr Sonea est né à Cluj, en Roumanie. Il a obtenu son doctorat en médecine de l’Université de Bucarest en 1944 et terminé sa formation à l’Université de Paris et à l’Institut Pasteur. Invité par le Dr Armand Frappier, il s’est joint à l’Institut de microbiologie et d’hygiène de l’Université de Montréal en 1950. En 1964, le Dr Sonea est devenu le premier directeur du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de la Faculté de médecine à la suite du déménagement de l’Institut de microbiologie et d’hygiène (devenu plus tard l’Institut Armand-Frappier) à Laval-des-Rapides. Il a rempli quatre mandats consécutifs à ce titre, cédant sa place à la fin des années 70. Durant ce temps, il a piloté le démarrage de l’orientation Microbiologie et immunologie du programme de sciences biologiques de l’Université de Montréal. Il a mis aussi sur pied le premier programme postdoctoral de microbiologie médicale au Québec et au Canada. Les recherches du Dr Sonea ont porté sur les échanges génétiques entre les bactéries et il a présenté avec ses collègues une théorie aussi audacieuse que clairvoyante voulant que les différentes espèces de procaryotes ne représentent en fait qu’un immense superorganisme planétaire. Auteur de plus d’une centaine d’articles publiés dans des revues scientifiques réputées, le Dr Sonea a obtenu en 1978 le Prix de la Société canadienne des microbiologistes pour ses contributions exceptionnelles à la microbiologie ainsi que la médaille Armand-Frappier pour l’ensemble de son œuvre (1985), et il s’est vu remettre un doctorat honorifique de l’Université du Québec (1989).

Voici quelques commentaires recueillis auprès de collègues qui l’ont côtoyé au cours de sa carrière de plus de 40 ans à l’Université de Montréal.

«Le Dr Sonea est devenu avec les années une autorité connue et respectée à l’échelle internationale dans le domaine des échanges de matériel génétique (horizontal gene tranfer) chez les bactéries impliquant, entre autres, les bactériophages, les plasmides et le phénomène de transformation. En 1980, le Dr Sonea et moi avons publié aux Presses de l’Université de Montréal un livre intitulé Prokariotology: A Coherent View, dans lequel nous discutions des divers types d’échanges chez les procaryotes et du réseau de communication (comme le transfert de la résistance aux antibiotiques) qui existe entre les espèces bactériennes. Le Dr Sonea a joué un rôle capital dans le développement du département et dans son rayonnement au Québec et à l’étranger» (Dr Léo G. Mathieu, professeur retraité, qui a été engagé par le Dr Sonea à titre de professeur adjoint en 1965).

«Le Dr Sonea […] avait été dépisté comme scientifique de calibre international par le Dr Armand Frappier au cours de rencontres qui eurent lieu à l'Institut Pasteur, à Paris. Parmi ses grandes réalisations, je mentionnerais qu'après son arrivée la microbiologie moléculaire a fait son entrée au département et à l'Université de Montréal. Il fut aussi l'initiateur du grand projet de baccalauréat en microbiologie en créant l'orientation de la microbiologie et immunologie au sein du baccalauréat en sciences biologiques. Il intégra au département la participation du secteur hospitalier, tant sur le plan de l'enseignement de la microbiologie médicale dans les divers laboratoires hospitaliers que sur celui de la recherche fondamentale au sein des centres de recherche créés dans les hôpitaux affiliés» (Dr Serge Montplaisir, professeur titulaire au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie).

«J’ai eu la grande chance de côtoyer Sorin de près pendant un demi-siècle […]. [Il] m’a profondément influencé, de par ses vastes connaissances (dépassant largement les sciences et la médecine) et sa passion pour la culture et la vie intellectuelle. Il a été de la race des pionniers d’après-guerre au Québec, cette période où il y avait un retard énorme entre autres en matière d’éducation et où tout était à faire et à bâtir. […] C’était la Révolution tranquille, période très fertile. Le fait que Sorin était docteur en médecine a certainement contribué au développement du volet médical du département. Sorin, dans nos nombreuses conversations, n’a jamais cessé de dire à quel point il est primordial, dans un contexte universitaire, de favoriser l’enrichissement mutuel entre les sciences fondamentales et les sciences cliniques» (Dr Louis De Repentigny, professeur titulaire au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie).

L’héritage du Dr Sonea est encore bien présent à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Nous sommes fiers de poursuivre notre route vers l’excellence et la découverte en suivant son exemple et ses traces, qui ne s’effaceront pas.

Hugo Soudeyns
Professeur titulaire et directeur du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de la Faculté de médecine